Beecham House : Les clichés anglais au cœur de l’Inde

Depuis Downton Abbey, chaque fiction historique de la chaine anglaise ITV est présentée comme potentiel successeur. Sans surprise, Beecham House fut alors vendu comme une sorte de « Downton Abbey en Inde » ou le nouveau « Downton Abbey rencontre Le Joyau de la Couronne » — formule déjà employée pour Indian Summers.

Cette création de Gurinder Chadha (Joue-là comme Beckham) prend place à Delhi en 1795 pour nous dépeindre la vie de la famille Beecham, menée par John (Tom Bateman, Vanity Fair), un ancien soldat de la Compagnie britannique des Indes orientales qui se lance dans une nouvelle vie en tant que marchand. Entourée de ses proches et du personnel indien, John doit surmonter multiples épreuves pour gagner sa place à Delhi.

Cette première (et probablement unique) saison de Beecham House nous plonge dans un univers visuellement coloré, mais scénaristiquement pâle. Les intentions de départ sont pourtant bonnes, avec la volonté d’offrir aux Indiens une place prépondérante dans ce récit. On peut dès lors au moins noter une représentation respectueuse des us et coutumes qui s’insèrent naturellement dans l’histoire. Les personnages sont mis à pied d’égalité avec les Anglais, seul véritable point à retenir de la série.

Par contre, Indiens, Britanniques ou même Français ne sont épargnés par les stéréotypes narratifs, exposant rapidement les limites créatives de Beecham House. Son décor scintillant ne peut faire oublier la fadeur des intrigues où les clichés s’alignent à une vitesse affolante, sans une once de surprise.

Entre le héros britannique énigmatique par excellence, sa mère en représentante de l’Anglaise pleine de préjugés, le frère imprudent séducteur, mais attachant, la nourrice naïve ou encore l’ami et partenaire d’affaires au comportement louche, les premiers épisodes de Beecham House nous introduisent à des personnages à la complexité limitée. Les acteurs écument les clichés avec une certaine désinvolture (surtout pour Lesley Nicol dans la peau de la mère), bien conscients qu’ils ne peuvent pas créer de l’or avec des dialogues et des situations aussi peu inspirées.

Les intrigues de Beecham House sont montées en épingle pour retomber bien vite. Le début nous introduit un possible triangle amoureux entre John Beecham, la gouvernante Margaret Osborne et le général français Benoît Castillon pour vite le détruire. Tout est fait pour créer une curiosité autour des origines d’August, le bébé de John, pour finalement tout nous révéler au moment où cela commençait à intéresser. Les difficultés de Henrietta, la mère, à se faire au climat ou à la nourriture sont plus des notes d’humour qu’une véritable exploitation de son installation dans ce nouveau pays, bien différent de l’Angleterre. Le double-jeu de Samuel Parker, partenaire d’affaires de Beecham, est insipide (et même son interprète Marc Warren a l’air de s’ennuyer).

Réalisant tous les épisodes, Gurinder Chadha semble aussi se refuser à tirer parti de son décor pour créer un sentiment d’évasion. Si plan il y a pour susciter une admiration ou un étonnement, celui-ci ne marque pas du tout. Lorsqu’il faudra choisir une destination de vacances, Corfou reste celle de choix pour ITV sur ce sujet, sachant quand un large plan sur la mer ensoleillé ou une prise de vue de haut de la demeure (loin de posséder le glamour de celle de Beecham) pouvait faire toute la différence.

Beecham House a pour elle d’avoir traité ses personnages Anglais et Indiens sur un pied d’égalité, mais sans se départir totalement du cliché du héros britannique juste. La saison ne parvient pas à faire sienne les stéréotypes qu’elle emploie pour créer du drama et on se retrouve dès lors face à une énième fiction historique bien loin de pouvoir marcher dans les pas de Downton Abbey ou du Joyau de la couronne.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link