Flashpoint - Saison 3

L’équipe numéro un de la Strategic Response Unit continue à briller, mais les évènements qui les attendent ne seront pas généreux pour eux.

Surement fatigué par la programmation CBS, CTV ne pouvait pas se permettre de stocker dans un coin la série canadienne numéro 1 et a donc décidé de diffuser sa troisième saison. Celle-ci se compose de 9 épisodes – les supplémentaires récemment commandés se verront peut-être ajoutés, on les traitera cependant de manière séparée, car il est difficile de savoir quand ils arriveront.

Bref, pour commencer la saison, Flashpoint frappe très fort et nous offre un épisode intense qui verra un membre de l’équipe périr. Avec une ouverture comme cela, la barre fut placée haut, mais il faut le dire, la suite ne parviendra pas à maintenir le niveau. Déjà, l’introduction de la remplaçante se fera de façon presque anecdotique et le personnage se retrouve alors imposé sans réelle conviction. Elle sera là, mais aura peu d’occasions de s’affirmer.

L’équipe semble aussi un peu déconnectée. Une partie des épisodes offrira à certains membres, un à la fois, de quoi travailler leur background, tout en restant dans les limites de la formule du show. Ce ne sera pas toujours convaincant, surtout que certaines attentes sont nées au fur et à mesure de l’avancement de la série.

Ainsi, quand Greg Parker se retrouve au cœur d’une intrigue, on aurait pu espérer revenir sur sa vie familiale qui le hante depuis le début. Au lieu de ça, on s’intéresse à ce qui s’est passé après. Ce n’est pas dénué d’intérêt, l’épisode étant même l’un des meilleurs de la courte saison, mais beaucoup trop de zones d’ombres restent et nous empêchent de réellement saisir toutes les motivations du personnage.

Mais bon, lui, il a donc été gâté, ce qui ne sera pas forcément le cas de Wordy qui obtient juste un épisode dans son ancien quartier avec une intrigue trop prévisible et légèrement convenue. Le défaut de la saison est d’ailleurs qu’elle offre un peu trop d’histoires dans lesquelles les coupables sont autant des victimes. Certes, cette approche a fait la force de Flashpoint, mais on finit par se demander s’il y a de vrais criminels dans cette ville ou seulement des gens désespérés ou momentanément confus.

Malgré le recul qui est fait sur le développement relationnel des personnages au sein de l’équipe – le passé des individus étant plus privilégié que le présent du groupe – la saison trouve le moyen de nous intéresser grâce à sa routine qui ne perd pas d’efficacité. Flashpoint est encore jeune et elle a donc toujours pas mal de situations classiques à développer dans son propre style. On aura dès lors droit à l’épisode émeute en prison, aux écoterroristes, mais aussi au divorce qui tourne au kidnapping des enfants et à la secte façon Waco.

Cette troisième saison possède ses moments intenses, le pragmatisme typique du show, mais souffre de quelques facilités scénaristiques qui touchent souvent la manière dont l’équipe du Sgt Parker s’investit psychologiquement dans son travail. De ce côté-là, la saison 2 se montrait bien plus subtile et délivrait des épisodes moins bâclés dans leur conclusion.

Bref, le niveau est convenable, mais on peut craindre que les qualités de la série ne commencent à devenir des défauts à force d’être poussées dans leurs retranchements.