Autres PaysSéries Scandinaves

borgen Borgen : gouverner à la danoise (Saison 1)

Jeudi 9 février 2012 à 8:17 | 5 commentaires | | | |

Borgen : gouverner à la danoise (Saison 1)

 Borgen : gouverner à la danoise (Saison 1) Borgen : gouverner à la danoise (Saison 1)par .

Suite à un scandale politique qui secoua le pouvoir en place à quelques jours des élections, Birgitte Nyborg, à la surprise de tous, se retrouve à la tête du nouveau gouvernement danois. Un changement radical qui va lui demander beaucoup d’efforts pour maintenir sa vie privée et sa vie politique dans le droit chemin.

Série politique qui vient du Danemark, Borgen nous entraine dans les coulisses du gouvernement. Tout commence par deux épisodes qui s’occupent de la partie électorale et du processus d’investiture. Après quelques twists et coups de poker,  Birgitte Nyborg se retrouve dans le siège du premier ministre.

publicite

C’est dès lors elle qui prend les grandes décisions, et c’est une chose assez nouvelle. On ne pourrait donc pas fournir une meilleure conjoncture pour entrainer les spectateurs dans le cœur du pouvoir élu. Bien entendu, la série n’est pas française et, même si beaucoup de choses sont expliquées, tout n’est pas forcément très limpide, en particulier quand on s’intéresse à des éléments précis de la culture danoise.

Cela dit, sur le plan politique, Borgen ne va pas trop s’attarder sur des thématiques qui sont obscures pour nous, à l’exception d’un épisode tournant autour du Groenland – qui est pourtant l’un des meilleurs. Le souci est justement que cette première saison s’attaque à des thèmes très larges qui sont certes universels, mais qui tendent à rendre les développements trop consensuels.

Quoi qu’il en soit, la série est de toute façon assez formatée et on sait assez rapidement à quoi l’on doit s’attendre. Chaque épisode débute avec l’introduction d’une thématique et la suite se fait avec Birgitte qui négocie pour avoir ce qu’elle veut, Kasper – son spin doctor – qui arrondit les angles, et la presse qui déterre les scandales.

La partie journalistique est d’ailleurs assez présente avec Katrine Fønsmark, une idéaliste qui perpétue les grandes valeurs de son métier avec beaucoup de convictions. Trop peut-être, car le personnage est souvent accessoirisé dans des scénarii assez bien huilés afin de délivrer les points de vue manquants pour couvrir le plus largement possible le sujet de chaque épisode.

La vraie force de Borgen se trouve de toute façon à un autre niveau. La majorité de la série ne se déroulant qu’entre le bureau de la première ministre, sa maison, la salle de rédaction du journal tv, et dans quelques couloirs, l’accent est mis sur les personnalités des protagonistes. La saison s’étendant sur un an, on a l’occasion d’assister à la lente métamorphose de Birgitte Nyborg. Elle va se durcir et avaler difficilement certaines couleuvres qui ne la laisseront pas indemne. Cela est également très maladroitement appuyé par son mariage qui se désagrège sans grande conviction – la partie la plus faible de la saison. Ensuite, il y a Kasper, celui qui contrôle la communication et qui, dès le premier épisode, se révèlera être le plus intéressant de la série. Sa relation avec Katrine Fønsmark rend la jeune femme pertinente, et le passé qu’il tente de taire aide à entretenir son aura. Kasper est le complément parfait pour Birgitte, et celui qui injecte les nuances nécessaires pour crédibiliser l’univers politique.

Au final, Borgen s’attaque à un sujet périlleux et s’en sort grâce à des personnages bien écrits et à des scénarii intelligents. L’ensemble est parfois trop formaté et les prises de risques apparaissent régulièrement trop contrôlées, mais le divertissement est indéniablement maitrisé. Le potentiel de la série n’est par contre pas totalement exploité, et on peut espérer que la suite corrigera ça et se révèlera plus ambitieuse et légèrement moins idéaliste. En attendant, bien qu’un peu répétitive dans la forme, cette première saison sait tout de même se montrer captivante.

La saison 1 de Borgen est disponible en DVD Borgen : gouverner à la danoise (Saison 1).
Article précédemment publié le 23 aout 2011.

Partager cet article

publicite
  • http://myteleisrich.hautetfort.com/ Livia

    Même si j’aurais tendance à être très dithyrambique sur cette série qui m’a vraiment beaucoup plu, je te rejoins dans ton analyse des points forts, mais aussi des (tout petits, quand même) bémols que l’on peut pointer. Dans l’ensemble, il y a un travail d’écriture très dense et une bonne construction des épisodes qu’il faut souligner (la citation du début de chaque épisode donne bien le ton) ; et la relative idéalisation n’est pas excessive et l’épisode du Groenland (qui est en effet un des meilleurs) tend à vraiment montrer tout le potentiel de la série, mais aussi la maîtrise des scénaristes. L’exposé de la solitude du pouvoir, à mesure que Birgitte s’installe dans son rôle, reste une des grandes démonstrations de la saison ; c’est pourquoi j’ai trouvé bien traité et pertinent la désagrégation de son mariage.
    Sinon, j’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Kasper – sa dynamique avec Katrine reste invariablement sur les mêmes bases, mais ça fonctionne ; mais surtout il y a cette difficulté à cerner le personnage, et les derniers épisodes, qui aident à mieux le comprendre, notamment avec son passé, tombaient vraiment sous le sens.

    En ce qui me concerne, j’ai donc été totalement captivée et j’ai dévoré avec beaucoup beaucoup d’enthousiasme cette saison. A suivre ! :)

  • Pingback: Projets en développement : une adaptation de Borgen et de Valley of the Dolls sur NBC ; Little Borther et Pandemic sur Fox ; Puzzle Master sur ABC ; Furlough sur FX | Critiques et actualité des séries TV sur Critictoo

  • balzane

    Au vu des 2 premiers épisodes diffusés sur Arte, la série me fait penser à « The West Wing ». Les séries politiques sont rares. Si les « Hommes de l’ombre » ou « Boss » s’attachent à la conquête et au maintien au pouvoir, en regardant beaucoup du coté des basses oeuvres, on peut espérer que cette série Danoise s’attache aussi à l’exercice du pouvoir face aux grands enjeux de société, la politique au sens noble.

  • balzane

    Après visionnage de toute la saison je suis plutôt d’accord avec la critique. La fin est très sombre, un vrai champ de ruine avec un mariage et une amitié qui explosent. Dans la S2 ira t-elle jusqu’à dérailler en invitant les riches Danois au Fouquet’s local comme a pu le faire un Sarko déstabilisé par son mariage qui se délitait ?

  • Pingback: British Academy Television Awards 2012 : Appropriate Adult mène les nominations | Critiques et actu des séries TV américaines et anglaises sur Critictoo

56 queries. 0,938 seconds.