Downton Abbey

Downton Abbey series 2 Downton Abbey : un véritable champ de bataille (saison 2)

Dimanche 9 septembre 2012 à 12:34 | 12 commentaires | | | |

Downton Abbey : un véritable champ de bataille (saison 2)

 Downton Abbey : un véritable champ de bataille (saison 2) Downton Abbey : un véritable champ de bataille (saison 2)par .

Voilà deux ans maintenant que la guerre a été déclarée. Ethel, une nouvelle servante, arrive à Downton alors que la femme de Bates refait son apparition. Matthew combat en France, tandis que les habitants à Downton tentent d’apporter leur aide en s’impliquant auprès des blessés de guerre.

Après une première saison qui a tout raflé, avec un succès public et critique, Downton Abbey est de retour pour une seconde saison qui se déroule en grande partie pendant la Première Guerre mondiale.

publicite

Ainsi, Matthew se trouve sur le champ de bataille alors que la famille Crawley vit cette guerre loin des tranchées, mais avec patriotisme. Julian Fellowes a alors la lourde responsabilité de retranscrire une guerre sans être à proprement parler au cœur de celle-ci. Si les grandes batailles alimentent le récit, ce n’est certainement pas ce qui réussit le mieux au créateur de Downton Abbey qui, pour l’occasion, plonge dans les abus pour contrecarrer les obstacles.

Plus de personnages, plus d’intrigues, plus d’excès. Voilà qui résume tout simplement cette seconde saison et approximativement tout ce qui ne va pas dedans. Les romances contrariées se bousculent,  les détours s’accumulent, et rares sont les histoires qui bénéficient de la place nécessaire pour se développer. Les petits détails si importants disparaissent au profit d’un nombre indécent de développements qui ne mènent nulle part. La série mise aussi honteusement sur l’iconographie, réduisant presque ses personnages à la tenue qu’ils portent.

La saison s’éparpille donc en de multiples intrigues qui sont à peine esquissées et aussi vites envolées (Edith à la ferme ou la soupe populaire de Mrs Bird), tandis que certaines frôlent dangereusement le ridicule (Patrick). Ce qui était aussi si intéressant la saison dernière ne l’est plus cette année (la romance entre Bates et Anna). Bien entendu, certains personnages sont totalement sous-employés (Cousine Violet et Thomas). Pour ne rien arranger, les bonds temporels entre chaque épisode sont trop souvent peu maitrisés, l’existence des personnages semblant n’évoluer que quand la caméra est braquée sur eux. Les envolées musicales en fin de scènes se font aussi nombreuses et agaçantes.

Signe que la guerre est en partie responsable des ratés de la saison, Downton Abbey retrouvera une grande partie de sa splendeur une fois que celle-ci sera finie. Adieu les blessés qui ont été accueillis au sein de la demeure, le retour à la normale offre véritablement la possibilité aux personnages de se poser et de prendre des décisions. Les mariages repoussés doivent avoir lieu et les multiples conflits doivent en partie mener à une conclusion. Certes, ce n’est pas forcément la série des grands jours, la saison étant toujours prise dans les mêmes tourments, et Dr Clarkson s’exerçant jusqu’à la dernière minute à clairement faire douter qu’il détient bien un diplôme de médecin ; seulement, dans tous ses travers et ses discours inutiles, Downton Abbey relève la barre dans sa dernière ligne droite pour rappeler ce qui avait fait son succès. La série est toujours capable d’émouvoir et de faire rire (pour de bonnes raisons, malgré l’horrible expression de Penelope Wilton face à la mort d’un proche dans le dernier épisode), et sa formule qui a fait sa gloire semble celle qui devrait être en application au cours de la prochaine saison.

À trop vouloir en faire, cette seconde saison de Downton Abbey se disperse et peine à mener à bien ce qu’elle cherche à accomplir. La finesse a ainsi régulièrement laissé sa place à des développements grossiers et non aboutis, mais des moments parfaitement maitrisés auront été là pour rappeler la force de la série – dans ces lignes de dialogues ou ses regards presque innocents. Au final, voilà une saison bien irrégulière, mais le temps faisant son ouvrage, rien d’insurmontable pour l’avenir de la série.

Ce bilan a été publié une première fois en novembre 2011. TMC diffuse la saison 2 de Downton Abbey dès ce dimanche 9 septembre.

aller plus loin

- Se procurer la série en DVD ou Blu-ray Downton Abbey : un véritable champ de bataille (saison 2) (saison disponible dès le 25 septembre) ou des livres sur la série Downton Abbey : un véritable champ de bataille (saison 2) (en anglais).
- Lire le bilan de la saison 1 de Downton Abbey.
- Générique : Downton Abbey
- En Images: Downton Abbey – Saison 1
- Lire la critique de l’épisode de Noël (situé après la saison 2)
- Dossier : Remonter le temps avec les period drama britanniques.

Partager cet article

Plus d'informations sur la série sur le site de notre partenaire
publicite
  • nina

    Série absolument délicieuse, les décors, la mise en scène et le jeu des acteur (à part Penelope wilton qui surjoue et m’agace la plupart du temps) tout y est parfait.
    J’ai beaucoup aimé la saison 2, même si en effet, il y avait un peu trop d’intrigues à suivre, j’ai particulièrement apprécié l’évolution des personnages de Robert et de cora.
    Et puis le fait que ma chouchoute Sybil ait pris un peu plus de consistance cette saison.
    Bref, j’attends l’épisode de noël avec impatience, avant la saison 3.

  • dupoint

    Effectivement, un gaspillage épouvantable. quelle déception !! Le succès est-il monté à la tête de J. Fellows ? Je ne sais pas et m’en désole… A quoi faites-vous référence en parlant de P. Wilton que je trouve au contraire très bien ?

  • jojo

    j’ai beaucoup apprécié cette seconde saison, peut-être un chouia moins que la première, mais ce qui me gène principalement ce sont les « ellipses temporaires ». Baby Charlie ne change pas d’un pouce… et l »épidémie de grippe espagnole, on a l’impression que ça ne dure que deux jours ! Je préférerais qu’ils prennent effectivement un peu plus leur temps…

  • nina

    Et bien, par exemple, lorsqu’elle se trouve au chevet de Lavinia, elle à le même regard halluciné que Roselyne Bachelot à Knysna après l’affaire du bus…Elle surjoue quoi ;)

  • Esther

    Toutes vos critiques sont justes. La saison 2 est un peu « too much ». L’accélération du temps, les grosses ficelles scénaristiques, le monolithisme de la plupart des personnages et la fréquence des coups de théâtre rappellent un peu l’univers du soap.
    Mais, malgré tout,je suis obligée de dire que je continue à me régaler ;-)… Tout est fait pour enthousiasmer un certain public (dont je fais partie, sans être dupe). Et force est de constater que ça marche!
    Par ex, les bons mots de la grand-mère qui sont toujours dans le même registre mais que j’attends impatiemment et qui me font rire à chaque.

  • Esther

    …fois.

  • Chambord

    Il est vrai que la saison est très irrégulière. N’aimant pas Lady Mary, j’ai espéré que la douce Lavinia pourrait rendre Matthew heureux, en vain…
    Les seuls personnages dont les développements m’ont intéressés sont Sybil et Tom, O’Brien et Thomas et Edith. Chez les domestiques, c’est pas folichon. Correct mais avec trop d’histoires menant nul part (Ethel, Jane, Mosley)
    Et vive Lady Violet!

  • Pingback: Downton Abbey : une question de succession (saison 1) | Critiques et actu des séries TV américaines et anglaises sur Critictoo

  • Gabrielle

    bonjour, au début, nous avons regardé cette série, parce qu’il n’y a rien d’intéressant ailleurs. Nous avons eu peur de tomber dans du viellot; au contraire, nous avons apprécié cette série qui nous change des «  » bang bang ou films de guerre) Très bien jouée, personnages parfaits, surtout la douairière. Beaux décors. On revoit la vie des grandes familles où le personnel faisait partie de la maison.Tant pis pour ceux qui critiquent toujours, nous passons un bon moment. En ce qui concerne TMC, il faudrait peut-être que cette chaîne, donne les bon numéros de série. C’est très bien.

  • balzane

    C’est vrai il y eut trop d’intrigues qui sont vites passés à la trappe. Et puis cette échelle de temps élastique qui constamment nous fait accélérer ou ralentir perturbent la perception des intrigues. Le pire et le plus ridicule a été l’histoire du cousin ressuscité du Titanic, défiguré et qui disparait aussi vite des écrans radars. Mais j’ai bien aimé le développement du personnage de Sybil et cette histoire d’amour contrarié entre Mathieu et Mary nous tiens toujours en haleine. Malgré tout ses défauts je trouve encore un charme fou à cette série. J’espère que les scénaristes vont se ressaisir pour la saison 3.

  • Martine DOMONT

    moi aussi j’attends la suite avec impatience !

    Martine

  • lise-marie

    bonjour, je suis contente de trouver ce site, car autrement on ne trouve que Facebook ou Twitter et cela nous déplaît pour les raisons que vous connaissez. C’est pourquoi les medias français ont de moins en moins de commentaire.
    Nous, nous sommes très contentes d’avoir vu ce nouvel épisode et attendons avec impatience le prochain. Cette série est parfaite par ses acteurs, et l’intérieur du château. Nous regrettons qu’il soit passé à l’heure d’écoute des babas, le samedi soir. Tenez bon et vérifiez les autres chaînes pour vérifier qu’il n’y ait pas de bêtises , comme les Enfants de la Téle. Allez à bientôt. Des téléspectateurs très heureux

51 queries. 0,794 seconds.