Mike Sweeney, maintenant superintendant, se voit affecter un nouveau partenaire, Ivan Sujic, un ex-militaire, en même temps qu’un double meurtre horrible a été commis. Les deux hommes doivent donc résoudre cette affaire liée au trafic de drogue, et alors qu’une relation d’amitié se crée, la disparition de la femme d’Ivan vient créer le doute autour de son mari.

Durham County revient pour une saison 3, première à se dérouler sans Ray Prager, ce qui n’empêche pas l’ombre de ce dernier de flotter au-dessus des têtes de Sadie et de Ray Prager Jr. Enfin, c’est là que s’arrête le rapport, car la saison va suivre un chemin différent des précédentes, ce qui ne sera assurément pas pour déplaire.

Sans déroger à la noirceur qui accompagne toujours ses personnages et la ville qui fait écho à leur zone d’ombre, Mike Sweeney a mis suffisamment d’ordre dans sa vie pour y être heureux. Audrey est enceinte et le couple est au diapason, filant le parfait bonheur, qu’on pourrait presque dire de mériter après tout ce qu’ils ont traversé.

Il est évident que le malheur ne tardera pas trop à frapper, mais ce n’est pas pour cela que celui-ci entrainera Mike dans toutes ses mauvaises habitudes, l’homme s’étant clairement assagi, certaines limites franchies par le passé l’ayant poussé à ouvrir les yeux sur ce qu’il était et choisir une autre route. Ainsi, même frappé par la tragédie, il ne perd pas complètement pied et ne replonge aucunement dans ses plus mauvaises (et dangereuse) impulsions. Cette instabilité qui habitait Mike – et qui se trouve toujours un peu présente – est pour le coup bien plus palpable chez Sadie, fraichement diplômée de l’école de police, et catapultée sur le terrain en infiltration pour aider à l’investigation du double meurtre des jeunes transporteurs de drogues. Portrait craché de son père, elle franchit rapidement la barrière pour complètement plonger et outrepasser les limites, quitte à mettre sa vie en péril, et surtout faire preuve d’une instabilité similaire à celle de Mike, bien que son expression soit par moment différente, et surtout qu’elle ne possède pas le même contrôle qu’il a pu avoir. En tant que flic, Sadie démontre rapidement sa détermination, mais aussi le fait qu’elle n’est peut être pas psychologiquement suffisamment coriace pour s’arrêter quand elle le doit. Sa situation personnelle participe à faire ressortir son insécurité, sa grossesse la terrorisant plus qu’elle ne le montre et son intériorisation de ses sentiments la poussant dans des retranchements malsains.

Avec sa fille sur le terrain, Mike a de quoi s’inquiéter, mais la véritable menace ne se trouve pas véritablement du côté de Sadie, mais plus proche de lui, avec son nouveau partenaire, Ivan Sujic. Selon le rituel classique imposé par la série, Mike et Ivan vont nouer une relation particulière, entremêlement de famille et de danger, plaçant Sweeney dans une position périlleuse, nourrissant un rapport particulier entre deux flics aux limites parfois insondables. Les démons de Durham County ont ainsi trouvé en Ivan la possibilité de pleinement s’exprimer, utilisant alors Mike comme un élément bien plus stable et exploitant l’univers de son partenaire pour fournir l’aspect sombre et difficile qui reflète l’âme de la série. Construit avec une volonté forte de faire d’Ivan un homme rongé par son passé, ses actions, et ses proches, la saison parvient à trouver grâce à lui et la dynamique qu’il impose une véritable opportunité de s’éloigner des deux précédentes et de complètement s’épanouir.

Avec toutes les cartes en mains et une ambiance sachant toujours se montrer oppressante, il reste que cette saison 3 de Durham County ne parait jamais déraper, optant pour une gestion trop calme de ces évènements, contrebalançant avec trop de force les scènes qui se veulent intenses – voire glauque. Pour le coup, il y a clairement une sensation de contrôle qui empêche les troubles animant les personnages de complètement s’exprimer.

Enfin, malgré cela, Durham County a su parfaitement prendre ses distances avec le passé pour se renouveler et donne vie à une fournée d’épisodes homogènes et dans son ensemble, maitrisés.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire