The Thick of It – Series 3

The Thick of It - Series 3

Après le changement de PM, Malcolm cherche un remplaçant à Hugh Abbott au département des affaires sociales et de la citoyenneté. Cela tombera sur Nicola Murray. La pauvre femme ne sait pas ce qui l’attend, mais va apprendre à composer avec pour imposer ses idées.

Après l’excellent In The Loop pour le cinéma, Armando Iannucci a ramené Malcolm Tucker (Peter Capaldi) sur le petit écran pour une nouvelle series de The Thick of It. J’ai un peu de mal avec la façon dont les saisons sont numérotées, mais il semble que tout le monde se soit mis d’accord sur le fait que la dernière était la troisième.

Quoi qu’il en soit, on reprend après les Specials de 2007 qui s’étaient achevés sur la mise en place d’un nouveau PM. Malcolm est toujours le tyran en place à la gestion des relations publiques, mais il y a quand même eu des modifications au gouvernement, notamment au département des affaires sociales et de la citoyenneté. Hugh Abbott n’est plus en poste et personne ne veut reprendre le job jusqu’à Nicola Murray. Le problème, c’est qu’elle était tellement basse dans la liste des potentiels candidats que Malcolm n’avait pas de dossier sur elle. Son arrivée se fera donc avec plein de surprises, à commencer par un mari qui travaille dans une entreprise fonctionnant avec des contrats gouvernementaux et une fille qui va dans une école privée. Tout ceci est une mauvaise chose pour l’image renvoyée au public, du pain béni pour la presse.

Pour ne rien arranger, Glen et cet hypocrite mesquin d’Ollie sont toujours là à essayer de faire évoluer leur carrière. Terri, elle, reste avec les meubles et tente de faciliter la transition.

Beaucoup de changements, donc, surtout que la série n’est plus diffusée sur BBC Four depuis les Specials, mais sur BBC Two, et a alors droit à une saison de 8 épisodes. On pouvait cependant craindre qu’avec le rallongement, elle ne parvienne pas à maintenir sa verve, mais il y a tellement de matériel à exploiter dans le domaine de la politique qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

Tout commence donc par l’arrivée de Nicola. Même si nous n’avions pas vu Hugh depuis longtemps, je dois avouer que le changement arrivait avec une certaine appréhension. Cela va rapidement disparaitre, car la politicienne va être directement plongée dans les problèmes et va dès lors devoir imposer sa personnalité sans trainer. Elle se montre alors peu réceptive au langage fortement imagé de Malcolm, mais compose avec, ne se privant pas, quand elle le peut, de lui faire remarquer que parler de cette manière n’est pas nécessaire, mais c’est comme ça qu’il fonctionne, on ne peut pas le changer.

Nicola va donc passer la saison à son poste, risquant occasionnellement de le perdre, mais elle a un peu d’ambition et acceptera de jouer le jeu au détriment de victimes innocentes, à commencer par sa fille – qui reviendra après pour lui pourrir la vie en pleine crise d’adolescence. Ce que Nicola veut par-dessus tout c’est réussir à imposer son projet bien à elle – the Fourth Sector Initiative.

À côté de ça, nous avons toujours Ollie et Glen. Ils ne changent pas vraiment, éternellement hypocrites et opportunistes. Ajoutons qu’Ollie fréquente encore son équivalente dans l’opposition, ce qui servira une nouvelle fois à entretenir la guerre avec Peter Mannion. Car oui, lui et ses collègues sont de retour, offrant plusieurs opportunités d’affrontement et d’humiliation politique, car quand l’opposition entre en jeu, tous les coups sont permis – pire que d’habitude.

En plus d’altercation avec le camp adverse, Malcolm doit gérer l’ennemi qui vient de l’intérieur qui aura sa peau. Ainsi, durant la seconde moitié de la saison, nous le voyons perdre son influence, mais on ne peut pas l’abattre aussi facilement et l’ultime épisode lui donnera l’occasion de retrouver sa domination totale. En fait, plus que ça, car il y a désormais une nouvelle bataille : des élections.

La série annonce alors plus ou moins sur quelle route elle veut s’engager et pour nous donner encore plus envie que cela se produise, nous rencontrons The Fucker aka Cal Richard, joué par un Tom Hollander à mille lieues de son rôle Simon Foster dans In The Loop. D’ailleurs, The Fucker n’est autre qu’une version moins appréciable de Malcolm dans le parti de l’opposition. Bref, ça risque d’être verbalement encore plus violent.

Cette troisième series de The Thick of It fut donc assez dense que ce soit question insultes ou storylines. Le show n’a rien perdu et semble même au sommet de sa forme. On pourra juste lui reprocher de flirter sans prévenir avec le drame à plusieurs occasions. Pas que cela soit préjudiciable, mais au début, ça procure une drôle d’impression.

Pour finir, bien que globalement, cette saison soit excellente, je regrette qu’il n’y ait pas eu d’apparition de la part de Jamie. Espérons que le futur de la série lui offrira l’opportunité de revenir.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link