Whitechapel : l’Histoire au service de la police (Saison 3)

Chandler engage Buchan pour qu’il devienne le documentaliste de l’unité, aidant ainsi les enquêtes en offrant des parallèles avec des crimes passés. Peu de temps après, un mystérieux tueur sévit dans des maisons inaccessibles.

Désormais à sa troisième saison, Whitechapel a quelque peu évolué pour tenter de conserver son concept de départ tout en élargissant le champ des possibilités qu’il pouvait offrir. De ce fait, il n’est plus question de tueurs qui copient de célèbres criminels comme Jack L’éventreur ou les frères Kray. À la place, les meurtriers sont capturés grâce à l’étude d’anciens crimes similaires, un peu comme si l’inévitable répétition de l’Histoire apportait des pistes pour arrêter les psychopathes qui, inconsciemment, ne font que reproduire ce que d’autres ont fait il y a de ça des années.

L’idée est un peu difficile à vendre, mais Whitechapel n’est pas connue pour son penchant pour l’ultra-réalisme et les scénaristes assument pleinement les largesses qu’ils décident de prendre pour offrir le divertissement qu’ils promettent. Le résultat est ainsi bien plus décomplexé que la seconde saison.

De toute façon, ce qui fonctionne le mieux dans cette série se trouve être les personnages et leurs relations, tout particulièrement quand il s’agit de DI Joseph Chandler et de son sergent, DS Ray Miles. Ils ont dépassé tous les principaux obstacles qui ont été posés sur leur route et sont devenus inséparables. Leur amitié est complexe, mais ce qui les sépare le plus les a rendus encore plus proche au point que Miles considère presque Chandler comme un membre de sa propre famille. Il s’inquiète donc pour sa santé et essaie même de lui trouver une femme pour qu’il sorte la tête de son travail, ce qui sera une sorte de running gag tragicomique d’un bout à l’autre de la saison.

Ensemble, ils vont dès lors se charger de trois affaires dans cette saison, chacune étant divisée en deux parties. Ils seront bien entendu aidés par les membres de leur unité qui, eux aussi, sont à présent suffisamment développés et obtiennent une place plus naturelle dans l’équation. On pourrait dire qu’au niveau de la gestion des personnages, Whitechapel a atteint une maturité indéniable qui offre une dynamique véritablement efficace. Le seul électron libre reste Edward Buchan, l’historien spécialisé dans la criminalité est plus accepté qu’auparavant, mais les scénaristes doivent régulièrement lutter pour montrer qu’il est encore pertinent. Heureusement, ils sont bien aidés par Steve Pemberton quiest toujours pleinement investi dans son rôle.

Buchan aura malgré tout un parcourt légèrement séparé du reste du groupe, puisqu’il doit trouver un compromis pour vivre sa passion tout en digérant les horreurs du métier. Cette approche aura le mérite de rendre le personnage plus à l’aise dans son environnement, même si cela le tient un peu trop à l’écart de l’action principale par moment.

Du côté des investigations, Whitechapel fait comme toujours dans le glauque, aidée par une esthétique qui est vraiment poussive sur ce point-là. L’ambiance est tendue et les enjeux grimpent aussi vite que les horreurs commises par des criminels réellement dérangés. Les enquêtes suivent un schéma de construction assez similaire (surtout les deux premières) qui est assez bien dosé, ne laissant pas de temps morts. Certes, les fausses pistes sont multiples et parfois un peu trop visibles, mais elles ne servent pas à faire du simple remplissage. En tout cas, c’est immersif et maitrisé.

Au final, cette troisième saison de Whitechapel prouve qu’il y avait vraiment de quoi dépasser le format restrictif de départ, même si pour cela il était nécessaire de faire le grand écart. Le résultat est réellement efficace et bien mené, profitant d’acteurs qui sont à l’aise dans leurs rôles et qui aident indéniablement à l’immersion dans un univers sombre, violent et dérangeant, mais qui évite les lourdeurs. Le divertissement est intact, bien que pour l’apprécier pleinement on se doit toujours de laisser passer les dérives parfois trop poussives des scénarii. La série a évolué, mais reste tout de même elle-même sur bien des points.

La saison 3 de Whitechapel est diffusée tous les jeudis du 10 janvier au 24 janvier 2013 à 20h50 sur Arte.
Ce bilan a été publié une première fois le 21 mars 2012.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link