10 Things I Hate About You - Pilot (1.01)

Deux sœurs diamétralement opposées, Kat et Bianca, débarquent dans un nouvel établissement.

10 Things I Hate About You est une adaptation du film au titre éponyme, qui tirait son inspiration d’une pièce de Shakespeare. Cela, si vous ne le saviez pas, c’est que vous ne me lisez pas assidûment, honte à vous !

On reprend le principe et nous voici avec deux sœurs, Kat, féministe en puissance, et Bianca, qui ne rêve que de popularité. Elles font toutes deux leur entrée dans un nouvel établissement scolaire, et doivent y trouver leur place.

En 20 minutes, on place les protagonistes, appuyé de dialogues où l’on s’est débrouillé pour y coller pas mal de références, une certaine dose d’autodérision, et les éléments nécessaires pour situer tout le monde sur l’échelle sociale scolaire.

Il n’y a rien de déplaisant ici, et l’épisode réussit assez bien à imposer son style et son ambiance en 20 minutes, tout en annonçant la couleur. Le rythme de croisière est presque entièrement décidé, et au moins, on peut dire que cela a le mérite d’être clair. Entre quelques dialogues bien pensés, et d’autres qui frôlent le ridicule – mais qui sont là pour cela (la scène dans le placard, avec le top  model, par exemple), ce pilote ne se montre pas inventif, mais a le mérite de ne pas être mauvais.

La plus grande difficulté ici est sûrement de faire abstraction du film, auquel il est difficile de ne pas penser, vu comment les protagonistes et certaines scènes y font écho. Les personnages sont donc assez similaires. Larry Miller reprend d’ailleurs le rôle du père, tandis que Gil Junger réalise le pilote, ce qui, forcément, joue sur le sentiment de familiarité.

Mais, nous sommes dans le monde fantaisiste de ABC Family, où se mélange réalité et fiction, entre vieux code et clichés d’usage, et dialogues faisant plus écho au monde d’aujourd’hui. La révolution n’est pas en marche, mais si vous n’avez pas vu le film, et être la cible fétiche de la chaine, vous pouvez y trouver du plaisir. Cela sera un peu plus difficile de s’y intéresser une fois passé l’âge. Une histoire de générations…