24 - Day 7: 11:00 P.M.-12:00 A.M. (7.16)

Tony, capturé, rencontre un homme de Hodges, qui se dit prêt à aider. Après avoir été exposé au virus, Jack Bauer est ramené au FBI, tandis que la présidente et son équipe font le lien entre Starkwood et Sangala.

Deux éléments dans cet épisode m’ont un peu abasourdie. Le premier se situe au tout début de l’épisode, où Jack se retrouve à devoir enlever ses vêtements, là, sur place, pour être passé au jet d’eau. Sur place. J’insiste, car cela m’a légèrement paru fou. Je ne suis pas le genre à être perturbée par l’aspect non crédible de la série, cela fait partie de sa marque de fabrique, mais j’avoue que sur le coup, même pour 24, c’est totalement aberrant. Le deuxième élément se trouve être la fin de l’épisode, qui m’a apparu complètement surréaliste. À me demander ce qui était en train de se passer. On ne peut pas être en manque de rebondissements à ce point-là, si vous voulez mon avis.

Si on passe ces deux scènes, où l’on va dire que cela représente 10 minutes de l’épisode, nous avons pendant les 30 autres (les deux minutes manquantes étant les rappels et les chronos) la présidente et son équipe brassant de l’air, ce qu’ils font définitivement bien depuis le début, Jack retrouvant Renée pour quelques moments d’émotions dissimulées, et Tony s’évadant en compagnie d’un homme de main d’Hodges. Finalement, dans le lot, Moss est le plus efficace. Mais, personnellement, j’aimerais bien le voir mourir avant la fin de la saison, car je ne l’aime pas. Je n’ai pas d’explication logique pour justifier cela, il m’énerve, c’est tout. Rien que sa présence me tape sur les nerfs.

Jack est donc mis un peu au rencard, il a été exposé, et une fois qu’on a conclu qu’il avait été infecté, mais que cela n’était pas contagieux, l’homme peut faire son rapport, avoir une petite discussion avec la future Mme Bauer (à moins que les scénaristes lui fassent la peau avant le mariage) et observer les évènements au FBI. C’est donc, après l’appel de Tony leur disant qu’il est en compagnie d’un homme près à leur dire où se trouve les armes biochimiques, Moss qui va sur le terrain. Bien entendu, il va être 00h00, tout n’est pas bien qui finit bien, et voilà qu’il n’y a pas d’armes, et pire, que des hommes prêts à tuer des agents gouvernementaux se pointent et encerclent notre équipe.

Nous sommes donc dans un cercle infernal, où les évènements ne sont plus qu’obstacle, pour ralentir l’intrigue. Les journées de Jack Bauer gagneraient à être plus courtes que les nôtres si les scénaristes n’arrivent pas à diminuer cette sensation de vide qui se fait ressentir. Cela fait plusieurs épisodes que j’écris qu’il serait temps que l’intrigue reparte. Ce n’est pas avec cet épisode que cela a changé, mais j’y crois encore. Allez, pour le prochain peut être !