24 - Day 7: 2:00 P.M.-3:00 P.M. (7.07)

Alors que les troupes américaines restent en position à l’extérieur de Sangala, Dubaku cherche une cible de valeur. Jack, Tony, Renee, Chloe et Buchanan suivent une piste.

Personnellement, à l’heure actuelle, je préfère être en compagnie de Jack, ne trouvant pas encore d’attrait dans les intrigues sous-jacentes. Il faut dire que celle du First Gentleman ne prend un peu plus d’envergure qu’à la fin de l’épisode.  D’ailleurs, je me suis quelque peu questionnée sur sa sécurité, que je trouve assez négligée ici. Il est une cible mouvante, mais il manque de garde du corps, d’hommes armés se déplaçant à ses côtés.

Avant d’en arriver au kidnapping de la deuxième moitié de la présidente, qui fait ainsi monter les enjeux, Jack et ses amis jouent à Rainbow Six. Ils s’approchent de Dubaku, et ainsi du couple Matobo. Nos patriotes ont trouvé avec Renee une alliée solide, surtout qu’à la fin, on va malheureusement devoir laisser Tony sur le carreau. Snif. J’espère qu’ils ont des plans pour lui, il pourrait vivre des aventures en solo palpitantes. Enfin, tout au long de l’épisode, ce beau monde se rapproche de l’ennemi, jusqu’à le forcer à revoir ses plans, arrêter son attaque terroriste déjà en route. L’équipe commando réussit donc à sauver Matobo, mais échoue à mettre la main sur Dubaku, qui a pris la tangente. On en a profité pour mettre un terme à la vie de John Billingsley, qui n’aura en définitive, pas fait grand-chose.

Cette partie de l’histoire nous fournit donc notre dose de scènes d’actions, le rythme est bien mené, et même le FBI ne vient pas gâcher cela.

En effet, au bureau fédéral, Janis Gold fait tout son possible pour coordonner et empêcher l’attaque terroriste, ce qui coûtera une vie. Mais, au gouvernement, nous n’avons pas le temps de pleurer la perte d’un inconnu, lui fera bien comprendre son collègue Sean Hillinger, dont l’amabilité n’est définitivement pas une de ses qualités. Certes, il faut bien dire que cette partie ne débouche nulle part, qu’elle est juste là pour maintenir le suspense en parallèle des actions de Jack et Cie, mais c’est finalement assez efficace dans le style.

De tout cela va découler quelque chose d’assez important : notre organisation secrète n’est plus secrète. Leurs actions ne vont pas rester dans l’ombre, ils ont laissé trop de traces derrière eux. Il est temps de révéler au monde, euh pardon, au gouvernement, la lutte qui s’est organisée. Matobo va s’en faire le messager, allant voir la présidente, avec nos hommes, obligés de laisser derrière eux Tony, dont les actions du passé le conduiraient assurément dans une petite cellule. En espérant pour lui que la fin de ces 24 heures, il puisse obtenir la grâce de la présidente, ce serait la moindre des choses quand même, ce n’est pas tous les jours que 3 personnes s’opposent à des organisations terroristes et gouvernementales pour la protection du pays.

Les petits et grands drames de la vie sont liés dans 24, et ainsi, Le First Gentleman s’était retrouvé pris au piège alors qu’il enquêtait sur la mort suspecte de son fils. Il est encore en vie, mais le voilà pris dans les griffes de l’ennemi, se dirigeant tout droit vers Dubaku. C’est bon pour le chantage, ça ! Sa vie est donc directement liée maintenant aux grands évènements de la saison. Pour le meilleur ou pour le pire, l’avenir nous le dira.