Jack et Cole partent à la rescousse de Kayla Hassan, kidnappé par son petit ami Tarin. A la CTU, Prady continue de nous pourrir la vie et celle de Dana en posant des questions, alors qu’Omar Hassan est prêt à fournir des secrets d’État pour sauver sa fille.

Ces derniers temps, les bons moments de 24 se trouvaient toujours dans la deuxième partie d’épisode, ramant plus qu’autre chose à intéresser en première partie. La 12e heure à l’avantage de reprendre avec Kayla, qui, sans aucune surprise, va se faire kidnapper. Qu’importe, car cela insuffle suffisamment de rythme au premier quart d’heure. Juste le temps que l’ennemi fasse sa demande et le soufflé est complètement retombé.

En fait, dès qu’on lâche Jack et Cole pour la première fois, l’épisode sombre. Retour à la CTU avec Dana, dont la frustration est contagieuse. Elle a beau avoir hérité de l’intrigue la plus pourrie du coin, cela a atteint un tel niveau qu’il est difficile de ne pas être de son côté, à simplement vouloir que tout ceci s’arrête une bonne fois pour toutes. Surtout que Prady en tient une couche, et pour une raison assez obscure, prend facilement le dessus sur elle. Le défaut de Dana, c’est clairement d’être psychologiquement faible. Passé cela, il est difficile de ne pas se demander pourquoi Hastings tolère la présence du type dans les locaux dans un moment de crise pareil. En plus, le gars Prady, il semble distiller les informations au compte goutte, histoire de faire durer le plaisir, ou dirons-nous plus justement la torture.

Pendant ce temps-là, nos méchants du moment mènent leur bout de chemin, pour fournir la dose nécessaire de retournements de situation pour la dernière ligne droite – soit réussir de nouveau à m’intéresser. Nous avons le droit à l’ultra classique évasion. Kayla aidé de son amoureux échappe au reste de la bande, et si cela sonne trop facile et peu inspiré, c’est au moins un peu de mouvements. Mais, enfin, l’ennemi est plus malin qu’il ne le laissait paraître et il se trouve que Tarin a bien mené sa barque, continuant à jouer avec sa petite amie jusqu’au bout – qui, après ce coup-là, ne devrait plus faire confiance à un homme avant un bon bout de temps !

Tout cela va nous mener à une bonne vieille tradition de 24, qui fait presque plaisir à voir : la mise en péril de la CTU. De façon ultra moderne, car on ne fait pas péter les locaux, à l’ancienne (comprendre, Dana va devoir attendre avant de crever, comme le veut la description de son job). Non, on nous sort l’impulsion électromagnétique !

Ce fut une 12e heure en grande partie peu captivante, qui laisse largement le temps de se demander ce que fout la Présidente Taylor, et surtout où est Renée !