24 - Day 8: 6:00P.M. - 8:00P.M. (8.03 & 04)

Jack part à la recherche de l’homme qui a piégé Meredith Reed, mais se retrouve face à deux policiers. Pendant ce temps, Hastings continue son interrogatoire, alors que Chloe, ayant perdu le contact avec Jack, tente de le convaincre d’envoyer des hommes à sa recherche.

Après une reprise manquant singulièrement de panache, on pouvait espérer que les deux prochaines heures fourniraient plus d’action. On va en avoir, mais il va quand même falloir attendre le retour de Renée Walker et les 8h00 pour réellement passer aux choses sérieuses.

En attendant, les deux heures vont déjà se charger de commencer la première réorientation de l’intrigue et nous offrir déjà quelques sous storylines douteuses. On ouvre ainsi le bal avec Jack qui se fait coincer par un policier instable – à qui prête ses traits Domenick Lombardozzi -, le croyant responsable du meurtre d’un autre flic. Pile le genre d’histoire que j’attends dans quelques heures, mais pas dans le début de saison. Pendant une bonne demi-heure approximativement, Jack va se faire taper dessus. De quoi égayer sa fin de journée !

Pendant ce temps-là, la menace contre le Président Hassan devient plus sérieuse, et comme Hastings refuse d’écouter Chloe – qui a encore quelques pépites comme lignes de dialogues – la situation ne va pas tourner à son avantage. Il insiste pour être incompétent, même après que les premiers éléments innocentant Meredith Reed font surface. Enfin, il tombe dans le gros coup qui a été mis en place, et l’assassinat réussit presque. Heureusement pour nous, tous les agents des forces de l’ordre ne sont pas psychotiques, et Jack commence doucement, mais sûrement à avoir une légère influence sur le plus que newbie Cole, pour le pousser à agir quand il le faut.

Entre deux crises urgentes, Dana Walsh prend le temps de s’occuper de cette vieille connaissance nommée Kevin. Pourquoi les pseudo-ex à moitié psychopathes choisissent toujours les jours d’alerte rouge pour se pointer ? Cela sent déjà le poisson pourri à plein nez, mais comme elle n’a rien de mieux à faire que lui filer les clés de son appartement pour l’éclipser pendant 45 minutes ou plus, elle mérite presque qu’il vienne lui gâcher encore plus sa journée.

Vu qu’on savait que le frère du Président était derrière la tentative de meurtre, cette histoire va vite prendre un  virage plus sérieux. Les Russes viennent donc se mêler à la fête, alors qu’on commence à semer quelques cadavres. Rien de bien important pour le moment, car Jack a l’intention d’enfin prendre son avion pour L.A. Cela, c’est avant d’apprendre la venue de Renée Walker, apparemment la seule (ex)-agente du FBI à être experte en la matière grâce à une infiltration remontant à 6 ans. Autant dire que les dossiers sur la question ne sont pas très à jour ! Enfin, de quoi remettre un peu de tension sexuelle dans la pièce et pousser Jack à rester dans le coin, pensant que Renée n’est psychologiquement pas prête. Au vu de la fin, on pourrait presque lui donner raison ! Mais comme il s’agit du moment le plus jouissif de ces deux dernières heures, c’est tant mieux pour nous.

En attendant, entre deux scènes à la CTU, on fait connaissance avec la mafia russe du coin et se familiariser avec les visages, – Jürgen Prochnow et David Anders étant ainsi les père et fils Bazhaev.

Au final, ce début de saison 8 de 24 se fait définitivement trop en douceur, mais la dernière heure nous oriente enfin vers une menace un peu plus importante. On aura quand même eu le droit à quelques morts et un peu d’action, mais l’histoire semble vraiment s’amorcer que maintenant.