Quand les Russes mettent en péril le processus de paix, Taylor est forcée de rentrer en contact avec l’ancien Président Logan. Pendant ce temps, Jack et Renée passent un peu de temps ensemble, mais un coup de téléphone de Chloe va tout chambouler. Cette dernière prend la tête de la CTU.

Pire qu’une fin de saison pour 24, une fin de série ! Pour le coup, il faut reconnaître que les derniers épisodes se sont révélés bien plus à la hauteur, offrant quelques rebondissements inattendus, à commencer par la mort d’Hassan, concluant la fin du précédent épisode.

Il faut maintenant remettre la machine en route, et surtout placer les pions pour les dernières heures. Cela passe donc par le retour des Russes et des négociations de paix. Quelques entourloupes politiques vont conduire la femme d’Hassan à prendre la place de son mari. Une décision que sa fille n’approuve pas, mais qui en a quelque chose à faire d’elle ? Ce n’est pas comme si elle n’avait pas joué son rôle dans la mise en danger de son père.

Enfin, elle n’est pas la seule à voir cela d’un mauvais œil, le représentant russe aussi. Ce dernier met des bâtons dans les roues de la Présidente Taylor depuis le début – ou en tout cas, manifeste son mécontentement – et saute sur le magnifique prétexte qu’on lui offre pour retirer les billes de son pays. Ma foi, ce n’est pas des plus subtils, mais cela représente assez bien la difficulté de ce genre de négociations, où le moindre incident peut pousser les partis en place à revoir leur position.

Quoi qu’il en soit, voilà que tout ce travail va s’effondrer à cause des Russes. Taylor va alors demander conseil auprès du valeureux Ethan, qui a quand même la forme pour un homme ayant fait une crise cardiaque il y a quelques heures (ah, le temps selon 24 !). C’est là qu’il lui annonce avoir reçu des coups de fil de l’ancien président Logan ! Quel timing impeccable ! Surtout que, bien entendu, il entretient de bonnes relations avec les Russes (je ne sais pas ce que cela est censé sous-entendre, mais rien de bien positif, c’est sûr). Franchement, c’est la mauvaise idée du coin. Comment la Présidente Taylor peut-elle faire confiance à Logan ? Elle n’a pas beaucoup le choix, mais si j’étais elle, des hommes fileraient continuellement Logan.

La menace pesant sur New York est ainsi arrivée à son terme, et si d’autres, plus politiques, font surface, la CTU doit toujours effectuer son travail (pas de repos pour les braves). Surtout, après la débâcle et Dana Walsh, Hastings se fait dégager, et – attention ! – Chloe est promue. C’est Tim Woods qui propulse O’Brien en haut de la hiérarchie. Une décision à la fois folle (l’amabilité n’étant pas une vertu de la demoiselle) mais très réfléchie. Elle a l’expérience et a démontré ses compétences et son esprit d’initiative. La vérité : Chloe O’Brien est fait pour ce job, et il ne lui faudra pas 5 minutes pour le démontrer.

Mais où sont Jack et Renée pendant ce temps-là ? À l’abri des regards indiscrets ! Ne sont-ils pas mignons tous les deux, à roucouler (et plus) au cours de leur premier véritablement moment de répit ? C’est sans compter sur ces sadiques de scénaristes, déterminés à faire de Jack un héros solitaire.

Renée s’est fait repérer par les Russes, qui envoient leur sniper lui faire la peau dans son nouveau nid d’amour. Une fin qui fait directement écho à celle du précédent épisode, lui enlevant un peu de son impact, mais qui réussit quand même, grâce à un dernier quart d’heure haletant à faire son effet.

La vengeance de Jack sera terrible.