Jack est décidé à découvrir qui a tué sa bien-aimée, et par la même occasion apprendre qui se cache derrière les derniers évènements qui ont mis en péril New York. Seulement, il se trouve sur la route de la Présidente, prête à tout pour préserver le traité de paix.

Après la mort de Renée, il n’est pas trop surprenant de voir Jack décidé à faire la peau au responsable. L’occasion de ramener Dana Walsh sur les devants de la scène, taupe russe. Cette situation ne plait pas à tout le monde, à commencer par l’ancien Président Logan qui voit là son plan être mis en péril.

C’est ainsi que cette 18e heure va donc jouer beaucoup avec la carte politique et les compromis qu’il faut faire pour obtenir et maintenir la paix. L’épisode va mettre en parallèle des deux Présidents : le pourri qu’est Logan et la toujours très droite Taylor.

En fait, ce qui est le plus surprenant, c’est de constater que les paroles de Logan ne soient pas plus remises en cause. Je ne vois pas trop comment il est possible de ne pas être sceptique, celui-ci passant son temps à dissimuler des informations, plaçant avant tout ses pions pour son succès personnel. Ensuite, quand il finit par cracher le morceau, comment le croire ? En tout cas, qu’importe qu’il dise vrai ou non, car vient avec cela la question de la moralité, où Ethan s’illustre comme l’homme droit qu’il a toujours été.

Là où l’épisode réussit donc parfaitement, c’est avec la Présidente Taylor, étant clairement dans le mauvais siège, devant prendre une décision plus que difficile : démasquer ceux qui ont mis l’Amérique en péril ou préserver le traité de paix; les deux ne pouvant être accomplis, le premier détruisant forcément dans son sillage le second. C’est l’illustration même de la complexité de cette place de pouvoir qu’occupe Taylor, s’étant largement affirmée comme une Présidente forte et déterminée, et surtout juste.

Ses décisions vont trouver sur leur route Jack Bauer, ce qui n’est jamais une bonne chose. Car, qui est encore plus dévoué à la justice qu’Ethan ? JB ! Même s’il est bien sûr consumé par la mort de Renée, il conserve un comportement posé. On le sent quand même prêt à exploser à tout moment, sa scène d’interrogatoire avec Walsh étant là pour bien le montrer. Il n’empêche, plus que venger la mort de Renée, il veut que justice soit faite, illustrant bien les convictions qui l’ont toujours menée. Comme cela le conduit au passage à découvrir qui se cache derrière l’assassinat d’Hassan et du vol des armes nucléaires, difficile de ne pas appuyer sa décision.

Nous avons d’un côté la Présidente – qui a toutes les bonnes raisons du monde de vouloir mener à bien son traité de paix – et de l’autre Jack Bauer – qui a toutes les raisons du monde de vouloir débusquer le tueur de Renée et exposer au monde les terroristes. Au milieu, Logan, dont il est difficile de réellement cerner ce qu’il sait et ne sait pas, mais qui ne sert que ses intérêts, pas de doute là-dessus.

C’est sans trop de surprises que la fin va créer une scission entre la Présidente et Bauer, et nous serons arrivés à cet évènement déterminant de façon habile. Autant dire que le retour sur le devant de la scène de la politique a fait un bien fou à cette dernière partie de saison 8. La mort de Renée a monté les enjeux et 24 a retrouvé son côté quelque peu imprévisible qui lui va si bien.