Naomi est rattrapée par son énorme mensonge, Dixon craque de plus en plus pour Ivy qui se morfond au sujet de Liam. Annie cherche à acheter une nouvelle voiture. Le père de Liam débarque en ville. Adrianna demande conseil à Navid au sujet de sa carrière ce qui entraîne des disputes dans leurs couples respectifs. Ryan poursuit sa liaison avec Laurel.

90210 accélère le rythme cette semaine et on a droit à 2 ruptures, un nouveau couple, une fête, un wonder bra, une crise d’angoisse, des retrouvailles et un dénouement. Ça fait beaucoup ! Mais étonnamment, l’épisode s’en tire assez bien. Ça fait déjà plusieurs épisodes que je le dis et ça me surprend toujours.

L’histoire de harcèlement sexuel de Naomi touche à sa fin. Déjà, pourrait-on dire. Mais la série a prouvé ces derniers temps qu’elle expédiait ses intrigues à la vitesse de l’éclair, trois petits épisodes et puis s’en vont. La diva superficielle est dévorée par le remords depuis son mensonge et la pression exercée par ses amis, ses camarades de lycée, le principal et son petit-ami la pousse à faire ce qui est juste. C’est une surprise concernant Naomi, mais il faut croire que la vérité sort de la bouche des blondes. Le personnage se rachète une conduite et la scène finale est un joli parallèle avec la situation d’Annie en début de saison. AnnaLynne McCord se révèle bien meilleure que son rôle le laisse supposer.

Annie cherche à acheter une voiture depuis que Jasper a désossé la sienne. On se demande bien où réside l’intérêt de l’intrigue si ce n’est celui de mettre en valeur les seins de Silver, réduite au statut d’accessoire. Mais il faut croire que les scénaristes ont pris quelques cours, car la petite balade que s’offrent les filles les ramène au lieu de l’accident d’Annie. Pour un peu, on s’attendrait presque à ce qu’elle écrase un autre type par erreur. Annie n’est plus à une boulette près. Mais non, comme il fallait s’y attendre, ce n’est pas parce que Jasper n’est plus là, que le problème va se régler et Annie est bouffée, comme sa copine Naomi, par la culpabilité.

C’est agréable de voir à nouveau Annie en interaction avec d’autres personnages. Ça a été assez rare cette saison pour que ce soit souligné.

Du côté des romances en cours, il semblerait que le message soit d’amener tout ce petit monde à de nouvelles ruptures. Liam, écœuré par le comportement de Naomi, rentre chez maman. Pour bien montrer qu’il n’est pas content, il n’enlève même pas son tee-shirt. Libéré de son rôle de petit-ami, Liam est près pour la suite des événements : la sortie de taule de papa (Scott Patterson, le Luke de Gilmore Girls). Il y a du drame familial dans l’air.

Dixon s’enfonce toujours dans ses paris hasardeux sans que personne ne s’en mêle et continue à en pincer pour la surfeuse Ivy. Leur petite amourette a quelque chose de sympathique à défaut d’être originale et Tristan Wilds est toujours très bon dans le registre de la séduction par l’humour. Ivy, elle, joue les plantes vertes, mais le fait très bien.

Kelly Lynch est à l’honneur cette semaine et dévergonde Ryan. Le prof n’a jamais été un personnage très intéressant et son côté je-me-lâche-avec-un-joint est un peu pitoyable.

La surprise vient de l’intrigue lesbienne qui touche déjà à son terme. Il était évident que Gia n’était qu’un obstacle à la réunion du couple Adrianna/Navid, mais la façon dont la série pousse les filles à la rupture est franchement décevante. Le couple qu’elles formaient coïncide avec l’amélioration générale de la série, il ne faudrait pas que sa fin signe également celle du regain d’intérêt que la série suscite.

En tout cas, l’épisode réussit avec assez de fluidité à placer toutes ses histoires. La fin de la saison se rapproche et bizarrement tout est possible.

avatarUn article de .
1 commentaire