Naomi n’en revient pas que sa sœur soit enceinte et découvre par hasard l’identité du père. Teddy demande une explication à Silver au sujet de leur rupture. Dixon avoue à Ivy qu’il a embrassé son ex. Navid est furieux de voir qu’Adrianna porte le bracelet qu’il lui a offert sans même en comprendre le sens. Annie et Liam continuent de se rapprocher.

On voulait du lourd, on a eu du lourd ! 90210 nous offre un final en apothéose et ça fait franchement plaisir. Ça fait rire aussi, mais même après 2 ans, c’est une réaction normale.

L’épisode réussit à combiner ses intrigues romantiques et familiales et sa dernière scène est bien loin de ce à quoi on pouvait s’attendre. Renvoi, fugue, séparation, incendie, baston, retrouvailles, bébé, viol… ça fait quand même beaucoup pour un même épisode. Mais 90210 est typiquement le genre de série dont on attend qu’elle jette ses personnages dans des situations plus énormes les unes que les autres.

Du côté des intrigues bien gentilles, comme il fallait s’y attendre Ade retrouve Navid et la scène projetée sur les écrans du lycée est un summum de mièvrerie adolescente. Pour un peu on éclaterait bien de rire en entendant tous ces gamins réunis pousser un grand « Ohhh » en soupirant en regardant les amoureux finalement s’embrasser. C’est mignon, c’est ce qu’on attendait et c’est finalement aussi tarte que prévu.

Tant qu’on est dans le rayon des amours guimauves, Teddy et Silver essayent une dernière fois de nous faire croire qu’ils vont rester séparés, mais les deux tourtereaux se réconcilient, heureusement. Ou pas… parce qu’une rupture aurait peut-être permis à Silver de retrouver un regain d’intérêt. Elle et Adrianna ont récolté cette saison certaines des intrigues les plus insipides et le personnage de Silver s’est considérablement affadi.

La dernière romance en date, celle d’Ivy et Dixon, n’offre guère plus d’éclat. Finalement en y regardant à deux fois, la série a un véritable talent pour créer des couples ennuyeux, les scénaristes ont du mal à instaurer une vraie tension romantique, quel que soit le duo choisi. La preuve avec Annie et Liam dont le couple potentiel sera certainement un élément clé de la prochaine saison et dont on se moque déjà complètement.

Là où la série se débrouille mieux c’est avec son côté tragédie. Les grands méchants de la saison, Jen et Jasper, prouvent qu’il n’y a rien de plus jouissif que de martyriser les braves petits gars au cœur tendre de Beverly Hills. Et si Liam a son côté bad boy pour lui, Ryan se vautre dans le pathos le plus complet. Ce type a été une loque toute la saison, il serait grand temps de faire quelque chose du personnage. À commencer par lui faire prendre une douche !

Et bien évidemment, il y a papa et maman Wilson. Depuis l’annonce du départ de Rob Estes, on attendait que le couple éclate, avec perte et fracas si possible. Alors bien sûr, ça crie, on ne brise pas un mariage dans le silence, ce n’est pas télégénique, mais ce n’est pas aussi dramatique que prévu pour la simple et bonne raison que le dénouement attendu n’aura pas lieu et qu’il vaudra revenir la saison prochaine pour voir papa se casser de la maison. Autant pour les effets de presse !

Le meilleur est bien évidemment pour la fin. Comme toute série qui joue avec la notion de cliffhanger, la dernière scène doit suffisamment marquer pour qu’on soit devant notre écran en septembre. Le final de la saison 2 fait-il mieux que celui de la 1 ? Pas bien dur, vous me direz, mais quand même, et si les scénaristes se débrouillent bien, ils tiennent là une intrigue bien sombre et bien déprimante pour le début de saison prochaine. Forcément, ça donne envie.

avatarUn article de .
1 commentaire