90210 – Environemental hazard (2.05)

Sasha découvre la vérité sur Dixon, Naomi décide de séduire le fils de la doyenne de la fac dans laquelle elle compte s’inscrire, Adrianna est en pleine confusion sentimentale et Jackie, la mère de Silver, refait surface dans la vie de sa fille avec une nouvelle surprenante.

Cette semaine, à l’exception de Navid le bienheureux, ravi de ne plus être le dernier puceau de la télévision, les garçons ont le cœur en berne. Dixon, qui s’est fait plaquer en début d’épisode, traîne sa misère (qui consiste en une moue de gosse de trois ans) de scène en scène. Comme Sasha l’a quitté parce qu’il n’était pas l’adulte qu’il prétendait être, c’est évident que c’est avec ce genre d’attitude puérile que Dixon va la reconquérir. Et pourtant, si. Il doit y avoir une communauté de bipolaires à 90210, je ne vois pas d’autres explications.

Teddy, quant à lui, n’apprécie pas vraiment que son baiser avec Adrianna ait servi de préliminaires pour sa nuit avec Navid et décide de rendre la jeune fille jalouse en collant sa salive sur la première fille venue lors d’un double rencard au restaurant. Ce n’est pas très subtil, mais Adrianna est une proie facile et les entrées ne sont même pas servies qu’elle et Teddy sont déjà l’un sur l’autre dans le couloir des toilettes. Navid le bienheureux, lui, ne voit rien, l’effet dépucelage sans doute.

Liam devient le nouveau protégé du professeur Matthews parce que, bien évidemment, comme tout bon bad boy qui se respecte, il est un génie littéraire en sommeil. Peut-être qu’avec un peu de chances, le jeune prof et son élève échangeront bientôt des conseils au sujet de Jen… Mais en attendant de devenir le prochain Lucas Scott, Liam, complètement obsessionnel, est enfin prêt à faire écouter à Naomi la confession enregistrée de sa sœur. Sauf que Naomi a sa propre intrigue aujourd’hui et qu’elle implique d’autres garçons que ce pauvre Liam qui, de dépit, efface la preuve de sa liaison avec Jen. Retour à la case départ.

Les filles, de leur côté, ont des choses plus sérieuses à faire qu’épancher leur petit cœur. Naomi, par exemple, qui découvre avec horreur qu’être la reine du lycée ne lui garantit pas d’entrer dans la fac de ses rêves. Comme Silver le lui fait remarquer, il est toujours temps d’étudier, mais Naomi est une jolie idiote qui sait qu’elle est idiote et préfère utiliser ses charmes pour arriver à ses fins. Elle devient donc en l’espace de quelques heures la Nicolas Hulot de Beverly Hills et réussit à séduire l’écolo-crado, fils de la doyenne de la fac et son colocataire, autrement plus attirant.

Si Naomi mettait autant d’énergie dans ses études que dans ses plans tordus, ses notes ne seraient certainement plus un problème, mais le quota de l’élève travailleuse est déjà rempli par Annie. Une par lycée, histoire de ne pas décourager le corps enseignant, c’est la règle. Aujourd’hui la fille Wilson ne fait rien, ce qui est reposant, si ce n’est flirter un peu plus avec le danger en se rapprochant du neveu pervers de son SDF mort.

Mais c’est Silver qui hérite de la charge émotionnelle de l’épisode. Comme si être une bipolaire fraîchement larguée n’était pas suffisant, la pauvre gamine doit composer avec une mère alcoolique toute fière d’avoir réussi à rester sobre un mois durant. Mais Silver n’y croit plus et profite de la réunion des AA de sa mère pour lui dire clairement qu’elle est morte à ses yeux.

La scène suivante s’ouvre sur des applaudissements et je me demande si l’effet de transition était bien recherché. Mais le rebondissement final va certainement permettre à Silver de renouer avec maman pocharde parce qu’on est dans une série morale et que ça ne se fait pas d’être fâché avec ses parents même s’ils vous ont pourri la vie.

La série s’installe dans une routine un peu brouillonne et ajoute de nouvelles intrigues sans se soucier vraiment de celles déjà en place. Il serait temps de régler le cas Annie, complètement marginalisée, qui pourrait parfaitement disparaître de la série sans que personne ne s’en rende compte. Chiche !

avatarUn article de .
0 commentaire