Teddy invite Silver à rencontrer son père. Liam a une mauvaise surprise avec le sien. Jen annonce à Naomi qu’elle la vire de chez elle maintenant qu’elle a racheté la maison, mais essaie d’arrondir les angles en l’invitant à dîner avec son mari français. Dixon fait entrer Ivy en douce chez lui pour un rendez-vous amoureux qui tourne au drame lorsque les parents rappliquent pour annoncer leurs difficultés de mariage. Adrianna doit écrire une chanson pour un jeune chanteur à succès et Navid décide de l’aider.

Ah, les parents ! Rien de pire semble-t-il lorsqu’on est un ado et c’est clairement la thématique de l’épisode. Ceux qui essayent de diriger votre vie à votre place, ceux qui vous mentent, ceux qui disparaissent sans prévenir, ceux qui sont sur le point de faire exploser votre univers, il y en a pour tout le monde.

Ryan O’Neal revient donc pour jouer les stars odieuses et Teddy, le Casanova macho, s’écrase bien gentiment devant papounet. Heureusement, Silver n’a pas la langue dans sa poche et réussit à séduire la grosse diva en critiquant ses films. Cette histoire est un horrible cliché qui donne envie de taper sur tous les personnages impliqués, Teddy et son père en tête.

Autre relation père/fils, celle entre Liam et Finn. Maintenant que l’ancien taulard a récupéré, grâce à son fiston, de quoi faire la bringue pendant plusieurs mois, il disparaît sans prévenir laissant son gamin plutôt meurtri. De tous les personnages, Liam est celui qui a le plus d’intégrité et comme tout bon bad boy qui se respecte, le plus de sensibilité. Rien d’étonnant à ce qu’il manque de pleurer en parlant de son méchant paternel. Et en plus d’avoir de mauvais parents, Liam a aussi une petit-amie sacrément égoïste. Il n’aura pas fallu beaucoup de temps à Naomi pour redevenir Miss superficielle. En désespoir de cause, Liam se tourne vers Annie, c’est dire à quel point il est désespéré.

Une Annie cherche à comprendre ce qui se passe entre ses parents et on a bien envie de lui dire que papa va partir et qu’elle n’aura que ses yeux pour pleurer, mais il reste encore deux épisodes à tenir avant que la parfaite petite famille explose. Par sadisme pur, j’espère que chacun des Wilson en prendra pour son grade.

Les problèmes de parents semblent être la seule raison pour laquelle un garçon accepte de parler de ses sentiments et toutes les filles tombent dans le panneau, d’Annie, conquise, qui accepte de peindre un bateau à Ivy en adoration complète devant cet idiot de Dixon. Le caïd au cœur tendre est donc un truc qui fonctionne toujours, c’est bon à savoir.

L’autre romance c’est évidemment celle entre Navid et Adrianna. Toute la saison n’aura été qu’un vaste obstacle avant d’arriver à la réunion. Et comme on n’est qu’à l’épisode 20, il faut encore faire durer le plaisir. Adrianna s’était déclarée il y a plusieurs mois et Navid lui avait dit être passé à autre chose, maintenant c’est la situation inverse. La série tire sur la tension romantique de l’histoire autant qu’elle peut et c’est franchement lassant.

Pendant ce temps Ryan se bourre la gueule parce que Jen est revenue. On se demande bien pourquoi. Ce garçon aime décidément les blondes qui le mènent à la baguette. Désespéré, il dévore un immonde tacos et s’en fout plein la chemise. C’est moche la décadence.

Finalement, comme prévu, Jen la machiavélique est de retour sauf que cette fois Naomi n’est plus la cruche aveugle qu’elle était. Ce qui ne veut pas dire qu’elle est à la hauteur de sa sœur. Il y a des degrés de perversité dans la famille Clark. C’est l’intrigue la plus jouissive, simplement parce qu’elle fait appel à notre sens retors. Mais y a-t-il d’autres raisons de regarder 90210 que d’espérer voir ces gamins s’en prendre plein la tronche ?

Pour l’heure c’est un spectacle assez sympathique et on attend avec impatience que les vies d’Annie et de Naomi éclatent en morceaux. Pour le reste, bienvenue à neuneuland.

avatarUn article de .
0 commentaire