90210

Dixon perd une grosse somme d’argent au poker et est obligé d’aider Mark, son créancier, à s’infiltrer dans le lycée la nuit de façon à payer sa dette. Silver découvre que Teddy n’a pas l’intention d’aller à la fac parce qu’il veut être champion de tennis. Naomi n’en finit plus de s’excuser auprès de tout le monde pour ses mensonges. Le conflit entre Liam et son beau-père s’intensifie. Annie découvre que ses parents sont en pleine crise conjugale et se rapproche de Liam. Jen fait son retour.

Pas grand-chose d’intéressant cette semaine. Les guests envahissent la série et je reste toujours surpris de voir autant de visages connus dans un show à la qualité plus que douteuse. Dernière recrue en date, le défraîchi Ryan O’Neal dans le rôle du père de Teddy qui n’a que deux lignes de dialogue, mais qui promet de mener la vie dure à son fils et donc à Silver par association. Quoi qu’elle fasse cette saison, Silver est pénible et inintéressante. L’outsider qui dénonçait la corruption de la jeunesse et les frasques de ses camarades de lycée est devenue Miss Parfaite, prompte à juger tout le monde, que ce soit Naomi ou encore son bellâtre de petit-ami Teddy. Rarement un couple a été aussi soporifique.

Ce n’est guère mieux du côté des autres couples, Navid et Lila qui ne servent décidément à rien ou encore Dixon et Ivy mal assortis. La seule amourette intéressante s’est fini l’épisode précédent et Gia est aux abonnées absentes, laissant Adrianna jouer les accessoires pour Silver. Pour une fois, l’accent est mis sur le couple parental. Le départ de Rob Estes est imminent, il est donc temps de préparer sa sortie. Du coup, Debbie déballe tout ce qu’elle a sur le cœur, y compris son baiser avec son prof de yoga, et Harry le prend assez mal. Annie aussi, mais ça lui apprendra à écouter aux portes. Le délitement du couple Wilson n’est pas vraiment une surprise et s’il peut permettre de donner une nouvelle direction à Debbie, ça ne peut être qu’un plus, le personnage ne servant absolument à rien. Quoi qu’il en soit, comme toujours avec les parents, l’intrigue est ennuyeuse au possible.

Maintenant qu’ils sont libérés de leurs psychopathes respectifs, Liam et Annie passent beaucoup de temps ensemble. La série renoue avec une association qu’elle a commencé à mettre en place la fin de saison dernière et on se demande si les scénaristes n’essayent pas de réécrire le triangle amoureux de la première saison avec Liam dans le rôle d’Ethan. La rivalité entre les deux jeunes filles autour du beau gosse surfeur était clairement un argument de vente de la série lors de son lancement et une recette hommage à la série d’origine.

L’épisode renoue également avec la tradition des intrigues prévisibles comme celle de Dixon rattrapé par son amour du jeu. Ce gamin est d’une bêtise sans nom et la scène d’ouverture qui se déroule dans une salle de jeu clandestine aménagée à la hâte est pitoyable.

Les pères sont décidément à l’honneur cette semaine avec le retour de John Schneider et son brushing impeccable. Archétype du méchant beau-père, il pousse dans ses retranchements un Liam décidé à tout pour plaire à son ex-taulard de père, même à voler pour lui. Le bad boy avec un cœur, comme c’est émouvant et surtout comme c’est original !

Finalement, entre Naomi qui monte sur les tables pour clamer qu’elle est une perverse et Annie qui saute dans la fontaine parce qu’elle est énervée, l’épisode s’éparpille énormément et le retour de Jen se retrouve noyé dans la masse.

En somme, l’épisode ne fait que tabler sur les événements à venir et oublie de raconter véritablement quelque chose. En ramenant son personnage le plus détestable, la série nous promet de sombres manipulations jouissives pour les 3 épisodes restants. Mais en attendant, on s’ennuie ferme.

avatarUn article de .
0 commentaire