90210 – To sext or not to sext (2.02)

Résumé : Après avoir couché avec un loser lors de l’épisode précédent, Annie se retrouve la victime de rumeurs insidieuses et Naomi, qui en possède la preuve sur son portable, se demande si elle doit l’envoyer. Pendant ce temps, Silver se languit de Dixon, qui s’en moque, Navid est jaloux de Teddy qui se rapproche d’Adrianna et Liam se heurte à la manipulatrice Jen dans sa tentative de regagner le cœur de Naomi.

Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Annie Wilson ! Si pourri qu’on en aurait presque de la peine pour elle. Plus de famille, plus d’amis, plus de réputation, Annie n’a que sa culpabilité larmoyante pour lui tenir compagnie. Les scénaristes ont clairement une dent contre elle à la voir supplier de scène en scène pour qu’enfin on la laisse tranquille. C’en est tellement humiliant que ça ruinerait presque le plaisir sadique de la situation.

Comme pour se venger de l’ambiance festive du dernier épisode – à part pour Annie, mais quelque chose me fait dire qu’Annie ne va pas avoir une année marrante – la série décide de s’acharner sur ses héroïnes, de Silver, pathétique groupie de son ex à Naomi, grossièrement manipulée par sa sœur, mais trop naïve pour s’en apercevoir.

Naomi, d’ailleurs, qui se fait ravir son rôle de reine poufiasse par sa propre sœur. Chaque bon soap a son personnage corrompu jusqu’à la moelle et 90210 tient le sien, pour le moment, avec la vénale et arriviste Jen qui se sert de tous les hommes à sa disposition pour récupérer sa fortune perdue. L’occasion de retrouver Mr Matthews, le gentil professeur dont on avait complètement oublié l’existence entre deux saisons. Apparemment il était au Vietnam et n’a pas eu le temps de se laver depuis son retour. Vu ce que Jen compte faire de lui, il aurait tout aussi bien fait d’y rester.

Maintenant qu’il est au générique, Liam a droit à sa propre histoire familiale, guest à l’appui avec l’incontournable John Schneider (Smallville, Nip/Tuck) dans le rôle de son abominable beau-père. L’arrogance du jeune garçon ayant été mâtée durant l’été grâce à un camp militaire, Liam est libre de porter des chemises à carreaux et de tirer la tronche comme tout bon Dylan McKay qu’il se doit d’être. Heureusement, il enlève aussi sa chemise, histoire de prouver qu’il n’y a pas que les filles dont la plastique est parfaite.

Maintenant qu’Ethan est parti, les compétitions de Lacrosse ne sont plus à l’ordre du jour et Dixon en est gracieusement libéré. Il retrouve donc ses camarades, Teddy et Liam, pour rejoindre l’équipe de… surf. Sous prétexte des recrutements, on assiste à un clip soporifique de cinq minutes sur les prestations sportives de doublures évidentes. Entre ça ou une nouvelle supplique d’Annie, on ne sait pas ce qui est pire.

Néanmoins, cette petite incursion obligatoire dans le monde du sport (à croire que la série est sponsorisée par le Département de la Santé) permet d’introduire l’équivalent masculin du trio Ade/Naomi/Silver de l’épisode dernier : Teddy/Liam/Dixon, Navid n’ayant clairement pas le potentiel physique pour jouer les Casanova. Il était temps, maintenant que tout le monde est ami, la valse des couples va enfin pouvoir commencer !

Noyée au milieu de ce surplus d’intrigues, Rummer Willis joue les apprenties journalistes et le roux n’est définitivement pas sa couleur. Tout ça est clairement brouillon et donne un épisode à l’atmosphère étrange qui passe d’une Annie au bord de la dépression (je serais elle, j’achèterais tout de suite une corde) aux péripéties amusantes de Naomi, obligée de copiner avec un geek pour pouvoir envoyer anonymement son message. Maintenant, si les scénaristes pouvaient apprendre à doser et approfondir, ce serait bien…

avatarUn article de .
0 commentaire