90210 – Winter Wonderland (2.12)

C’est le bal d’hiver, Naomi cherche le pardon d’Annie, Teddy veut déclarer sa flamme à Silver et Navid cherche à confondre Jasper.

Jen envolée, l’épisode peut désormais se concentrer sur la réconciliation Liam/Naomi et sur le cas Jasper. Est-ce qu’Annie va enfin ouvrir les yeux sur son psychopathe de petit-copain ? La question trouve enfin une réponse et, comme avec Jen, tout cela n’est guère satisfaisant.

Ce qui l’est davantage, ce sont toutes les romances potentielles savamment mises en place au cours de ces 12 premiers épisodes. Tout est fait d’ailleurs pour favoriser l’ambiance romantique avec bal à thème, petites danseuses étoiles et flocons de neige miraculeux.

Ainsi, durant 40 minutes, on assiste aux tentatives répétées de Teddy le bourreau des cœurs pour impressionner Silver qui ne sait plus sur quel pied danser entre lui et Dixon. L’indécision est le lot de toutes les filles de Beverly Hills semble-t-il et Dixon a le don pour se retrouver en compétition avec ses meilleurs amis. Un cliffhanger amoureux qui ressemble à s’y méprendre à celui de fin de saison dernière. Ça valait bien le coup d’envoyer Ethan dans le Montana. Mais il faut reconnaître à Teddy d’avoir plus de charisme et de potentiel.

Du côté de Liam et Naomi, c’est encore le jeu du chat et de la souris. Et après les révélations de l’épisode précédent, c’est assez agaçant d’en revenir au point de départ. Heureusement Ivy s’en mêle et décide, contre toute attente, de réunir ces deux-là. Quitte à avoir le cœur brisé, autant garder sa dignité. Les scénaristes mettent fin à cette équation amoureuse avant même de véritablement l’explorer, ce qui n’est pas plus mal, le personnage d’Ivy n’ayant jamais été développé au-delà de son statut d’obstacle. Et comme une surprise n’arrive jamais seule, on découvre enfin ce que Liam cache dans son atelier. Le seul vrai grand mystère de la saison jusqu’ici ! Et c’est… un bateau en bois. Oui, je sais, c’est décevant. On a droit alors à la petite histoire larmoyante de Liam, qui propulse Naomi dans ses bras. Si tu veux la fille, construis le bateau est un conseil de drague rarement prodigué dans les séries.

De son côté, Debbie essaye de renouer ses liens avec son sale gosse qui lui a dit qu’elle n’était pas sa mère et un mini-golf plus tard Dixon dit enfin à sa môman qu’il l’aime. Lori Loughlin en pleure. Avoir plus de trois lignes de dialogue, c’est sûr, ça bouleverse. Une réconciliation qui conduit à l’autre révélation de l’épisode : Dixon veut revoir sa mère biologique. La série assure avec cette histoire son quota d’intrigues non-romantiques.

Reste Annie et son amoureux qui seraient bien mignons si Jasper n’était pas taré. Navid qui n’est pas très content d’avoir été poussé dans les escaliers et Naomi qui a acquis une conscience depuis son histoire avec Jen, décident de lancer une intervention pour sauver Annie des griffes du vilain dealer. Annie refuse d’écouter jusqu’à ce qu’Adrianna, à qui plus personne ne parle parce qu’elle s’est droguée et que la drogue c’est mal, sauve la situation en dénonçant Jasper comme son fournisseur.

Dans un retournement de situation à mourir de rire, tout le monde lui pardonne et personne ne s’occupe plus d’Annie qui s’enfuit en pleurant parce que ça fait au moins deux épisodes que ça ne lui était pas arrivé et qu’il ne faut pas perdre les bonnes habitudes. La scène pourtant cruciale est tellement mal écrite qu’on en reste bouche bée.

La dispute qui suit, et qu’on attendait, sert de cliffhanger à l’épisode. Jasper reconnaît tous ses torts et abat sa dernière carte en révélant à Annie qu’il sait qu’elle a écrasé son oncle. Tada ! Mais que va donc bien pouvoir faire Annie ? Non, vous ne rêvez pas, c’est avec cette question que les scénaristes de 90210 espèrent nous faire revenir après les fêtes.

Ce dernier épisode avant la pause ne produit donc guère d’étincelles, mais réussit quand même à assurer le strict minimum, juste ce qu’il faut pour nous revoir en début d’année prochaine. Mais il faut croire que je suis un public facile.

avatarUn article de .
1 commentaire