A Christmas Carol : Le conte de Noël par le créateur de Peaky Blinders (sur Canal+)

Classique de Charles Dickens qui lui vaudra le titre de « L’homme qui inventa Noël », A Christmas Carol est une œuvre qui ne cesse d’être adaptée, transposée, parodiée. C’est une relecture avec une perspective moderne et sombre que nous propose dès lors Steven Knight, le créateur de Peaky Blinders, pour sa version en trois parties de A Christmas Carol.

Les puristes n’y trouveront pas leur bonheur dans cette adaptation qui s’intéresse naturellement à Ebenezer Scrooge (Guy Pearce), un homme froid et avare. À l approche de Noël, ce vieux grincheux s’agace de voir l’atmosphère joyeuse qui règne en ville gagner le cœur de ses semblables. Pour lui, c’est le sommet de l’hypocrisie humaine, et il refuse de tendre la main à son prochain même en cette période. Il compte passer Noël comme d’habitude, en solitaire. C’est sans compter sur la visite de trois esprits le confrontant au passé, au présent et au futur pour l’aider à reconnecter avec l’humanité, et spécifiquement son humanité.

Ce Christmas Carol prend dès lors la forme d’une sorte d’analyse psychologique de sa figure centrale, explorant son histoire pour lui donner une dimension presque plus tragique sans jamais excuser son comportement. Qu’importe les traumatismes qu’il a connu, cela ne peut justifier ses agissements, ses maltraitances, les abus qu’il inflige à autrui. D’ailleurs, le brave Bob Cratchit (Joe Alwin), son employé de bureau, est un homme qui nourrit de la rancœur envers un employeur qui n’a aucun problème à abuser de la détresse des autres. Il reste fondamentalement bon, et même concerné envers son patron, mais il apparait naturel qu’il ne soit pas jovial face à ses conditions de travail et l’impact que cela a sur sa vie.

La femme de Bob Cratchit occupe une place de choix dans l’histoire d’Ebenezer Scrooge, mais rien qui ne peut vraiment lui voler la vedette. Guy Pearce incarne avec brio cet homme d’affaires sans scrupules, dont les actions auront coûté la vie à d’autres et laissent leur empreinte. L’homme n’est pas à un défaut près, apte à utiliser sa propre histoire pour légitimer ses choix. Pearce ne cherche jamais à insuffler une possible note de compassion, même lorsque les choix scénaristiques pourraient pousser dans cette direction.

Steven Knight y mêle alors une réflexion sur l’industrialisation et l’exploitation de la main-d’œuvre qui en découle. Le scénariste ne s’arrête pas là, vu qu’il fait le choix d’injecter directement des questions d’actualité – entre féminisme, abus sexuel et de pouvoir – pour aborder sous un angle personnel l’œuvre de Dickens. Dans le fond, avec ou sans ses ajouts, A Christmas Carol reste une œuvre au message universel, et chaque adaptation le reflet de son époque. Les choix réalisés en terme de casting participe également à soutenir cette approche – entre Stephen Graham pour Marley et Charlotte Riley dans le rôle du second esprit.

La vision de Steven Knight est présentement soutenue par le réalisateur Nick Murphy, qui nous retranscrit la froideur de ce noël victorien. Dans la lignée de ce que Steven Knight nous a habitués, on se retrouve avec des images qui peuvent être à la fois sublimes et hantantes. L’équipe créative ne craint pas de se montrer lugubre, que ce soit au niveau des dialogues ou du visuel pour offrir une représentation sombre de son conte. D’une certaine manière, ce traitement donne le jour à une fin qui fait chaud au cœur, maintenant son équilibre entre la transformation et la réalité des dégâts causés par Scrooge.

En bout de route, Stephen Knight donne ainsi le jour à une version réussie et captivante de A Christmas Carol qui, en s’intéressant à la noirceur de l’âme de Scrooge, aborde l’oeuvre sous un angle différent pour trouver une place légitime parmi les multiples adaptations, plus ou moins fidèles de ce classique de Noël. En ces temps difficiles, rien ne vaut un rappel que tout le monde peut être sauvé pour mettre un peu de baume au coeur.

L’intégralité de A Christmas Carol est diffusée ce lundi 06 janvier 2020 sur Canal +, à partir du 21h05.

Contes de Noël
Price: 9,95 €
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link