Alphas 2x06 alphaville

Mardi 28 août 2012 à 12:30 | 0 commentaire | | | |

Alphas – Alphaville (2.06)

par .

Rosen décide d’entrainer son équipe dans une aventure, à la rencontre de Skylar Adams afin de lui demander son aide avec la machine de Stanton Parish. Ils se retrouvent alors dans une communauté composée d’alphas qui vivent loin de la société.

Ce diabolique Stanton Parish a plus d’un tour dans son sac, mais n’aime pas trop les dévoiler. Il a donc une machine qu’il distribue largement dans les services médicaux en tout genre et on ne sait pas à quoi elle sert. Rosen n’a donc pas vraiment d’autre choix que de se tourner vers Skylar Adams (Summer Glau, Catch and Release – 1.07), la seule qui pourra rapidement déterminer ce qui se trame derrière ce mystérieux appareil.

publicite

Il y a quelque chose de légèrement poussif dans ce qui justifie ce retour de Skylar, surtout qu’au final, ce sera Rachel qui mettra le doigt sur la partie la plus étrange de la machine de Parish. Cela dit, l’idée est surtout de changer de décors le temps d’un épisode afin de mettre en avant certaines retombées liées à la déclaration publique de Rosen qui révéla les alphas au monde. Le cliffhanger de la saison 1 n’a, dans ce sens, pas réellement été complètement exploité et il y a alors matière à discussion. Malheureusement, Alphaville ne fait qu’effleurer le sujet au final, se retrouvant rapidement pris dans de l’action. C’est légèrement frustrant par moment, puisque Rosen a à plusieurs reprises l’opportunité d’expliquer ses motivations, mais on le coupe à chaque fois dans son élan.

Ce n’est pas le seul point décevant, car on aurait pu espérer que réunir Skylar et Nina aurait permis à cette dernière de s’ouvrir un peu sur ce qu’elle traverse. Étrangement, Nina est à peine présente.

Cela dit, si Alphaville passe à côté de plusieurs occasions pour travailler sur les personnages, l’intrigue principale, elle, n’est pas négligée et on ne perd jamais de vue les objectifs fixés. L’épisode mise alors sur l’action pour nous entrainer jusqu’à la fin, après nous avoir tranquillement introduit des révélations mineures. Curieusement, une fois à la conclusion, on n’en sait pas vraiment plus qu’au départ, mais cela n’apparait pas comme étant un problème, car tout ceci a remis en avant le fait qu’il y avait un traitre à proximité.

Depuis le début de la saison et, donc, depuis le changement de showrunner, les épisodes d’Alphas sont moins indépendants et, même quand il y a beaucoup de dispersion, on finit toujours par voir apparaitre clairement ce qui devait être accompli. C’est un peu dommage que cela se fasse souvent avec un léger manque de subtilité, mais à défaut d’avoir des épisodes très solides, la série nous emmène indiscutablement dans une direction bien déterminée. En tout cas, à ce point, il est difficile de savoir ce que les scénaristes ont en tête et il serait bien qu’ils commencent à être un peu moins cryptiques, car insinuer que Parish à un grand plan diabolique n’est pas suffisant pour compenser les multiples occasions ratées de développements autour d’autres sujets qui paraissent pourtant pertinents.

Quoi qu’il en soit, Alphaville est au final un des épisodes les plus solides de la première moitié de la seconde saison. On pouvait en attendre un peu plus, mais le retour de Summer Glau et une bonne gestion des scènes d’action aident à contrebalancer les défauts les plus flagrants.

Partager cet article

Alphas
publicite
56 queries. 1,024 seconds.