Alphas 2x05 Gaslight

Mardi 21 août 2012 à 12:30 | 1 commentaire | | | |

Alphas – Gaslight (2.05)

par .

Pendant que Nina vient en aide au Dr Rosen dans son enquête sur Stanton Parish, le reste de l’équipe se rend dans un hôpital qui semble hanté. Alors qu’ils cherchent un alpha, ils se séparent et commencent à avoir des hallucinations.

Après When Push Comes to Shove (2.04), on aurait pu penser que Nina prendrait encore du temps loin de l’équipe pour se reposer. Étonnement, ce n’est pas le cas. Il semble que, malgré son apparente instabilité, Nina se doit de jouer un rôle clé, même si cela parait surtout être une facilité scénaristique qui a pour but d’entrainer le Dr Rosen vers une découverte importante sans que cela paraisse trop forcé. À ce niveau, c’est légèrement raté.

publicite

Quoi qu’il en soit, l’épisode n’a pas uniquement cette storyline en stock, puisque l’on nous fait le coup de l’hôpital et ses fantômes. Cameron, Bill, Rachel et Gary partent ainsi à la recherche d’un alpha relativement inoffensif, une sorte de spider-man sans les toiles, qui est persuadé que sa sœur récemment décédée l’appelle à l’aide.

Tout ceci évolue progressivement pour mettre les protagonistes face à leurs propres fantômes – métaphoriquement parlant. Pour certains, pour ne pas simplement dire pour Cameron, c’est relativement peu intéressant, mais pour les autres, il y a des choses à retenir.

Ainsi, sans que cela soit poussif, l’expérience va permettre à Rachel de faire un premier pas vers Nina qu’elle rejette pour ce qu’elle lui a fait lors de sa dernière crise. Pour Bill, ce n’est pas nécessairement d’une grande finesse, mais suggérer qu’il est lui-même son pire ennemi entre dans le développement logique du personnage lancé avec l’histoire du Fight Club et qui se poursuit. Enfin, pour Gary, le mettre face au fantôme d’Anna est clairement une manière intelligente de l’aider à accepter sa culpabilité et à trouver une façon de faire son deuil. Cela ouvre d’ailleurs une porte qui devrait ramener certaines nuances qui ont disparu depuis la reprise au sujet de la position des alphas travaillant avec Rosen dans le conflit les opposants à Parish.

Globalement, l’épisode explore donc des idées intéressantes, mais cette fois encore, cela tend à partir un peu dans tous les sens. L’intrigue avec Nina est presque encombrante, même si elle est légitime, tandis que ce qui se passe à l’hôpital tire légèrement en longueur peinant à faire convenablement monter la tension avant l’arrivée du Dr Rosen.

Au milieu de tout ça, on en oublierait pratiquement Kat qui ne trouve pas sa place dans l’équipe et dont la présence est, au mieux, accessoire pour le moment. Il est appréciable de voir diverses intrigues secondaires évoluer tranquillement en arrière-plan, mais l’ajout d’un nouveau personnage gagnerait tout de même à être traité de façon plus directe.

Enfin, quelques mots sur Rosen. Depuis la reprise, il est plus ou moins pris entre son obsession sur Parish et son rôle à la tête de l’équipe. Les deux se conjuguent étrangement difficilement, ce qui entame légèrement la dynamique du groupe. Il parait évident que cela ne va pas spécialement changer d’ici peu, mais cet épisode met en avant le fait que le docteur est prêt à prendre des risques avec la santé de ses patients pour servir ses plans personnels. Une dérive qui pourrait avoir des conséquences intéressantes scénaristiquement parlant si elle est exploitée judicieusement.

Gaslight délivre donc un ensemble perfectible à plus d’un niveau, mais qui reste de manière générale suffisamment pertinent pour excuser les défauts, même les plus voyants. Ce n’est par contre pas assez pour rendre l’épisode mémorable.

Partager cet article

Alphas
publicite
55 queries. 0,947 seconds.