alphas 111

Mardi 27 septembre 2011 à 14:26 | 5 commentaires | | | |

Alphas – Original Sin (1.11 – Fin de saison)

par .

Lors d’une mission de surveillance qui tourne mal, l’équipe tombe sur la fille du Dr. Rosen qui est poursuivie par Red Flag. Le groupe terroriste fait monter la pression quand Gary découvre la vérité sur Stanton Parish.

Nous voilà arrivés au terme de la première saison d’Alphas. Pour l’occasion, on ne peut pas être surpris de voir le problème Red Flag passer à un niveau supérieur.

publicite

Tout commence cependant par l’introduction de Danielle, la fille du Dr. Rosen. Son rôle dans l’histoire est double, puisqu’elle est là en premier lieu pour entrainer l’équipe de son père sur la piste de Stanton Parish. Ce dernier se révèlera être le véritable leader de Red Flag et, plus que son identité, c’est tout un pan de la mythologie de la série qui est mise à jour. L’origine du phénomène alpha se complexifie juste à temps pour la conclusion, ce qui devrait offrir à la seconde saison quelques pistes à exploiter.

Ensuite, Danielle ouvre une fenêtre sur le passé de Lee Rosen. On apprend de cette manière comment il a découvert les alphas, tout en explorant en même temps une période émotionnellement conflictuelle pour lui et sa fille, ainsi que pour sa femme. Ce qui motive aujourd’hui Rosen n’est plus la même chose qu’à l’époque et il semble clair qu’on ne connait pas l’homme qu’il était.

Quoi qu’il en soit, à côté de ça, l’épisode se repose en partie sur l’action. C’est à la fois là pour entretenir la tension, mais également pour faire un point. Les choix stratégiques du gouvernement sont discutables à plus d’un titre, peut-être pas au même niveau que ceux de Red Flag, mais il est indéniable que leur approche binaire du problème est sans appel et, surtout, sans avenir.

Que ce soit l’un ou l’autre des deux camps, il n’y a pas vraiment la place pour Rosen et son équipe qui se font manipuler des deux côtés. C’est quelque chose qui a lentement été amené depuis le début de la saison et on arrive à un point de non-retour. À ce stade, les ambitions du show se doivent d’être confirmées, car abandonner les personnages pris entre deux eaux tend à laisser assez perplexe. C’est ici que toute la force de ce season finale se situe, puisque Rosen, afin de trouver une voie pour s’en sortir, choisit de se diriger là où personne ne voulait qu’il aille.

Après cet épisode, la série ne sera plus là même qu’elle le fut durant cette saison, du moins, au niveau de sa conjoncture. On ne sait pas ce qui nous attend pour la suite, mais cela prouve bien que l’équipe créatrice n’est pas décidée à n’entretenir qu’une simple formule, même si celle-ci repose en grande partie sur des personnages qui ont démontré qu’ils étaient, ensemble, plein de potentiel.

D’ailleurs, le gros point faible de ce final est de ne pas exploiter pleinement son casting. Bill, tout particulièrement, nous avait laissés sur un cliffhanger qui n’aura pas un impact énorme pour la suite – c’est peut-être pour la prochaine saison. Cela dit, Gary trouve le moyen de s’imposer une fois de plus, notamment grâce à sa relation avec Anna qui entrainera l’épisode sur un plan plus émotionnel, comme le fera la réunion entre Rosen et sa fille. Cameron, Nina et Rachel seront par contre réduits à uniquement exploiter leurs habilités le moment venu, rien de plus.

Au final, Alphas termine sa saison en allant bien plus loin qu’on aurait pu l’espérer. Cela n’est pas fait avec la maitrise la plus totale, c’est même occasionnellement quelque peu brouillon, mais l’épisode possède des moments forts et une approche pertinente qui compensent les erreurs venant de la précipitation de l’exécution scénaristique. Original Sin est la confirmation de la qualité de la série et de son potentiel qui, bien que déjà exploité, a encore énormément à délivrer.

Partager cet article

Alphas
publicite
54 queries. 0,983 seconds.