AHS 104

Jeudi 27 octobre 2011 à 12:24 | 1 commentaire | | | |

American Horror Story – Halloween, Part 1 (1.04)

par .

Les Harmon se préparent à célébrer Halloween et reçoivent les conseils d’un décorateur gay pour l’occasion.

Pour Halloween, American Horror Story ne fait pas les choses à moitié : ce n’est pas un, mais deux épisodes qui sont consacrés à la fête celtique. Quel autre show est plus adéquat que celui de FX pour célébrer les morts ?

publicite

Ces derniers sont encore une fois très nombreux cette semaine, bien que la famille Harmon ne réalise toujours pas qu’elle parle finalement plus souvent aux décédés qu’aux vivants. Le couple ne parait pas toujours totalement connectés à ce qui peut se passer autour d’eux, la faute peut-être aux problèmes conjugaux qui reviennent au galop, grâce à un conseil de Chad, décorateur mort incarné par Zachary Quinto.

L’acteur joue ainsi la moitié d’un couple gay, l’autre étant campé par Teddy Sears ; ils sont les précédents propriétaires de la demeure, la scène d’introduction nous révélant comment Chad est mort. Ce n’est que le début pour un épisode qui vient enrichir l’historique du lieu en construisant avant tout sur ce qui a déjà été dit. Une bonne initiative, car le cumul d’informations peut aisément égarer. À force d’enchainer les cadavres, on finirait par s’y perdre, mais Halloween revient avec aisance sur les trois précédents épisodes et remet en avant le fameux homme en latex, qui semble définitivement aller avec les lieux.

Pour le coup, il faut bien dire que les problèmes des Harmon, Vivien ou Ben, étouffent au beau milieu des étrangetés et des morts-vivants que la série a l’habitude de délivrer. Ils sont pourtant tout ce qui peut encore nous connecter à une certaine normalité, mais la série ne leur laisse pas suffisamment de place pour qu’ils puissent s’épanouir. Ainsi, l’épouse ressasse le passé et le peu de temps que les épisodes lui donnent l’empêche de décemment progresser ou de dignement confronter son mari. La maison semble avoir un rôle dans tout cela, mais il est difficilement cernable (ou est-ce l’ambiance générale qui finit par rendre parano ?)

American Horror Story utilise donc Halloween pour encore plus flouter la ligne entre les morts et les vivants. Ceux qui trouvent la mort sur le terrain de la maison sont destinés à être connectés à elle – ce qui s’est transformée en véritable fardeau pour Moira. Il n’y a pas que le passé qui nous apporte notre lot de morts, car pour amplifier le phénomène, la série se charge bien évidemment de cumuler les cadavres aussi dans le présent. À se demander comment quelqu’un pourrait avoir envie de vivre ne serait-ce qu’à proximité de la fameuse « Murder House ». Autant dire que Vivien n’est pas prête de vendre sa maison.

Cette première partie d’Halloween laisse donc peu de temps pour respirer, abandonnant les Harmon en pleine crise, dans un chaos émotionnel dont il est difficile de voir l’issue à la fin des 45 minutes, vu que tout semble aller de mal en pis.

Enfin, même si les citrouilles sont bien présente, on peut reprocher à Halloween de trop bien s’inscrire dans la norme du show, ce qui fait que l’épisode (et la fête) ne se distingue pas vraiment et se fond totalement dans l’ambiance. À l’arrivée, il y aura toujours le titre pour se rappeler qu’à ce moment précis de la saison, les Harmon se sont déguisés.

Partager cet article

American Horror Story
Plus d'informations sur la série sur le site de notre partenaire
publicite
53 queries. 1,040 seconds.