American Horror Story 101

Jeudi 6 octobre 2011 à 11:57 | 10 commentaires | | | |

American Horror Story – Pilot (1.01)

par .

La famille Harmon quitte Boston pour Los Angeles dans le but de s’offrir une seconde chance après avoir traversé des moments difficiles. Ben, Vivian et leur fille Violet emménagent dans une maison où les anciens propriétaires se sont tués. Dans les lieux, des phénomènes étranges se passent.

Ryan Murphy et Brad Falchuk, qui se sont connus sur Nip/Tuck, font leur retour sur FX avec American Horror Story, série décrite comme un thriller psycho-sexuel enveloppé de phénomènes étranges.

publicite

Tout commence en 1978, avec la mort de deux enfants qui semblent s’ajouter à une liste de personnes qui ont perdu la vie dans la maison dans laquelle la famille Harmon, de nos jours, va s’installer.  Après avoir traversé des moments particulièrement difficiles (fausse couche, adultère), Ben et Vivian tentent de se réconcilier et de reconstruire leur relation. Pour y parvenir, ils quittent Boston pour Los Angeles et s’installent dans une maison où les précédents propriétaires se sont tués.

American Horror Story joue dès les débuts avec des non-dits autour du passé de ses personnages, sans compter ce qui se passe dans la demeure et ce que savent ou non les gens qui vivent aux alentours – la voisine, ou encore la femme de ménage. L’histoire du lieu est riche en morts et en phénomènes étranges que le pilote ne tente à aucun moment d’expliquer. Au contraire, avec Murphy à la réalisation, l’épisode exploite à fond les bizarreries accentuées par des tensions sexuelles et une violence latente qui s’étend à tout l’univers du show. Même loin de la maison, la normalité ne semble pas de mise, comme la scène d’arrivée à l’école de Violet, la fille Harmon, nous le montre.

Le pilote installe un climat tendu pour tenter de scotcher le spectateur à son siège, bien que les non-dits et l’absence de détails temporels déstabilisent sporadiquement et certains moments laissent alors plus dubitatifs qu’autre chose. Pour le coup, la scène d’engueulade entre le couple se transforme en une sorte de libération ; il s’agit du seul moment de l’épisode qui permet aux personnages de totalement s’exprimer et de prendre vie – en nous expliquant concrètement ce qui leur est arrivé.

L’épisode ne lésine en tout cas pas sur les questions que l’on peut se poser et sur le mystère qui entoure la maison hantée. Les voisins en savent beaucoup, la femme de ménage a deux visages, le (seul ?) patient de Ben, psychiatre, entretient un rapport particulier avec la mort, et un ancien propriétaire de la demeure épaissit les secrets du lieu.

L’ensemble se montre donc étrange, voire trop, ce qui rend le tout parfois un peu trop opaque. Ce pilote instaure en tout cas un ton unique qui a le mérite d’être bien communiqué et qui ne laisse pas indifférent. American Horror Story suscite sans aucun doute de la curiosité.

Partager cet article

American Horror Story
Plus d'informations sur la série sur le site de notre partenaire
publicite
53 queries. 0,833 seconds.