Ashes To Ashes - Charity Begins at Home (1.07)
Un collecteur de fonds pour les enfants en Afrique, Gil Hollis, (Matthew Macfadyen) se fait tirer dessus et voler l’argent. Alex suggère alors de passer par la télévision pour trouver le tireur. Gene décide d’utiliser les bonnes vieilles méthodes pour obtenir plus d’informations.
En parallèle, Alex craint pour la vie de ses collègues, depuis que le clown lui a annoncé que l’un d’entre eux aller mourir ce jour-là.

Dès les premières images (très second degré), l’enquête policière est résolue pour le téléspectateur. À tel point qu’on se demande pourquoi cette pensée n’arrive pas plus tôt dans l’esprit de la police de Londres. Ce n’est donc pas dans l’investigation que l’on trouvera un intérêt à l’épisode, mais dans tout le reste.
Ici, nous avons droit à ce qu’A2A fait de bon et de mauvais. Une enquête simpliste, et une conclusion décevante, enveloppée de bonnes idées.

Le retour du clown et de son message fait son effet. La pression est palpable et le stress d’Alex va avoir des conséquences sur son travail, et sur sa relation avec Gene. Ce dernier se décide à l’inviter, seulement les évènements vont les opposer. Pour la satisfaire, il va accepter de passer à la télévision, mais cela va être un véritable fiasco. Ce compromis a de lourdes conséquences pour Gene, le poussant de nouveau vers ces vieux travers, soit de bonnes vieilles méthodes assez extrêmes. Il est sur la bonne route, mais les techniques ne correspondent pas aux codes de Drake. Leur relation s’envenime donc.
Un membre de l’équipe va donc être tué avant d’être ramené à la vie. C’est là le faux pas scénaristique commis. Sur le coup, on y croit vraiment, et l’histoire, ainsi que la série, aurait gagné en intensité si ladite personne était restée morte.

L’humour est aussi bien présent, et nous offre du référentiel. Moins évident pour le public français, un lien est fait avec Children In Need, qui a débuté en 1980, et qui est donc une émission sur la BBC pour réunir des fonds (et dont l’ours est le symbole). C’est surtout le dialogue où l’on trouve New Kids on the Block, Take That, et the Backstreet Boys qui fera son effet, et qui est très bien écrit.

L’épisode est donc d’un calibre assez bon, bien qu’il aurait pu se révéler supérieur. L’enquête policière doit beaucoup à Matthew MacFadyen, qui endosse un rôle à l’opposé de ce qu’il a pu faire pour le moment, et qui se révèle surprenant, que ce soit par sa performance ou par son accent.

Il ne reste plus qu’un épisode à cette saison (Philip Glenister ayant déjà confirmé qu’il y en aurait une seconde), qui se concentrera sur l’accident de voiture des parents d’Alex, comme on s’était concentré sur la famille de Sam, à la fin de la saison 1 de Life On Mars.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire