Ashes To Ashes - Nothing Changes (1.03)
Sur les lieux d’une arrestation où Gene trouve des gnomes dissimulant de la drogue, Alex voit une jeune femme qui pleure. Nina est trop traumatisée pour réussir à parler, et, elle ne veut pas rentrer chez elle, elle veut rester au poste de police. Alors que Shaz s’occupe d’elle, et Chris des gnomes, Alex et Gene vont sur une autre affaire : une prostituée, Trixie, vient dire qu’elle a été violée.

Un épisode bien ancré dans son époque, où Alex ne fait quasiment pas référence à sa situation. L’enquête policière est bien trop fade pour mériter une grande attention, son développement n’est pas très surprenant ou original, et on se doutait bien que l’histoire du début, avec Nina, allait rejoindre celle de la prostituée.
L’épisode oppose donc en grande partie Hunt et Drake. Elle sympathise sur le sort des prostituées, alors que Gene ne voit pas la situation du même point de vue. Cela conduit à une drôle de scène, où Alex va mettre son poing dans la figure de Guv. Cela donne l’impression d’avoir écrit juste pour faire de Drake une femme forte, capable de cogner, et malheureusement, cela sonne bien faux.
Gene Hunt est d’ailleurs bien trop effacé dans cet épisode, et sa personnalité, qui fait tout son charme, n’égaie pas suffisamment l’heure, bien trop longue.
Le point fort de l’épisode reste Ray Carling. Depuis le début, il faisait plus figuration. Cette semaine, il a enfin droit à quelques scènes. Ce n’est pas encore ce qu’on pouvait espérer de lui, mais le voir reprendre de l’importance reste plaisant.

Cet épisode semble donc bien mettre en valeur les défauts de la série. Tout d’abord, il y a exacerbation des traits de caractère de Drake. On peut reconnaître qu’elle est une forte tête, et surtout que c’est est une battante. Seulement, ici, elle devient fatigante, et on aimerait qu’elle mette un peu d’eau dans son vin.
Aussi, quand Gene Hunt ne parait qu’à moitié concerné par l’affaire, c’est obligatoirement le scénario qui en prend un coup.

Le résultat est qu’on se retrouve avec au moins un bon quart d’heure en trop et une histoire pas assez motivante.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire