Ashes To Ashes - The Missing Link (1.04)
Le corps de Martin Kennedy est trouvé et Gene songe d’abord à un suicide, avant de passer au meurtre. L’homme en question appartenait au RWF – the Revolutionary Workers Front – et travaillait à la sécurité d’Edgehampton, un centre de recherche du gouvernement, sur les armes. Son corps disparaît avant qu’Alex ne puisse l’examiner, de même que les preuves au poste de police.

Gene Hunt et Alex Drake mènent l’enquête. Et les preuves vont mener la DI à Caroline Price, sa mère. Cette connexion devient assez pesante. L’histoire se centre donc sur le mystère existentiel d’Alex. Par un étrange moyen, Drake est arrivé à la conclusion que pour revenir en 2008, elle devait sauver ses parents de la mort. Tout est relié pour elle. Il apparaît qu’elle a dû mal lire les rapports de Sam Tyler, ce dernier ayant eu son lot d’aventures familiales.
Malheureusement pour nous, Caroline Price, ne serait-ce que par sa fonction d’avocate, est bien rattaché aux intrigues. L’erreur commise dans Life On Mars, celle qui a égaré le public sur la situation de Tyler, est reproduite. Alex oublie de se rappeler que tout ceci n’existe pas, que c’est fictif.
On va en venir à l’hypothèse que dans le cas présent, son cerveau fait remonter un souvenir à la surface. L’enquête va les conduire à découvrir des photos de Price avec Evan White, le parrain de Molly (la fille d’Alex), le même accusé de meurtre l’épisode précédent. Les photos les montrent en position compromettante. Alex se souvient alors les avoir vus s’embrasser quand elle était petite. Une image qu’elle avait enfouie dans sa tête.
L’histoire est saupoudrée de mystères gouvernementaux. La disparition de Kennedy aurait-elle été orchestrée par le gouvernement ? Le MI-5 espionne-t-il Hunt et son équipe ? Ca part un peu dans tous les sens, avant d’arriver à une conclusion plus raisonnable.

Le mystère pour Alex Drake reste entier, et pour le moment, rien d’important ne nous ait révélés. Le clown et Molly ne sont utilisés que pour rappeler le véritable problème d’Alex. Leur exploitation est limitée, et la cohérence n’a pas vraiment sa place. Il est évident qu’il y a un problème à rattacher éléments fantastiques à la réalité qui entourent Drake.
De plus, Gene Hunt ne prend toujours pas le devant de la scène. C’est la moitié de saison, et on en sait autant qu’avant sur l’homme qu’on aimerait voir un peu plus. L’épisode a par contre trouvé un équilibre en ce qui concerne Ray et Chris, qui ont tous les deux droits à de vraies scènes sympathiques.

L’épisode est supérieur à son prédécesseur, surtout car l’enquête policière se révèle de bien meilleure qualité.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire