Bunheads : Welcome to Paradise (début saison 1)

avatarun article de :
publié le :
12 juil 2012 à 9:00
votre opinion :
2 commentaires

Bunheads serie

Voilà maintenant 4 semaines que Bunheads a débutées sur ABC Family et on peut alors se demander si oui ou non la série, après un pilote sympathique, a réussi à se construire pour devenir plus qu’un simple Gilmore Girls 2.0 ?

Bunheads, c’est donc l’histoire de Michelle (Sutton Foster), une danseuse de Las Vegas qui se marier après une soirée trop arrosée avec Hubbell (Alan Ruck), son plus fervent admirateur, et se retrouve à Paradise, une petite ville côtière. Là-bas, elle fait la connaissance de sa belle-mère, Fanny Flowers (Kelly Bishop), qui possède un studio de danse où elle enseigne le ballet aux adolescentes du coin. Mais voilà, Hubbell meurt dans un accident de voiture et c’est la tragédie.

publicite

Il y a meilleur moyen pour lancer une série comme celle-ci que de devoir gérer la mort d’un personnage et cela va être problématique. À l’exception peut-être du dernier épisode diffusé, le décès d’Hubbell a simplement pesé sur le show, faisant ressortir un point de départ qui n’était clairement pas bien pensé. Il a donc fallu traiter la tragédie en même temps que l’introduction des protagonistes et je ne vous cache pas que cela rend ce début de saison bancal.

Ce n’est, de toute façon, pas le seul obstacle rencontré par les premiers épisodes. Amy Sherman-Palladino (qui partage le crédit de créateur avec Lamar Damon) est connue pour être la créatrice de Gilmore Girls, série avec un débit de paroles qui peut concurrencer une œuvre télévisuelle de Sorkin (The Newsroom), et qui était bourrée de références culturelles. On retrouve tout cela ou presque dans sa nouvelle création, avec en prime Kelly Bishop et la petite ville non dénués d’excentricités. Dans le lot, c’est Bishop qui s’en sort haut la main, faisant sans trop de difficulté oublier une impeccable Emily Gilmore pour laisser place à Fanny Flowers, qui possède un mordant différent.

Malheureusement, la palette de personnages quirky qui peuple Paradise n’est, à ce stade, pas très convaincante, avec un manque de naturel assez désagréable. Heureusement, les danseuses que l’on suit ne sont pas à inclure dans cette tendance, même si le show peine à leur donner une place plus consistante. Deux en particulier ont le droit à des développements, mais cela est à double tranchant pour le moment, avec autant de bonnes que de mauvaises scènes. Ajoutons à cela la volonté trop présente de coller des références pop culture dans les dialogues qui ne sont pas des plus nécessaires, et la série a concrètement des difficultés à trouver ses marques.

Difficile de savoir si c’est conscient ou non de la part de la créatrice, mais elle parait construire Bunheads autour de la formule qui a fait le succès de Gilmore Girls sans pour autant laisser sa dernière œuvre s’exprimer de son bon droit. Le show a un véritable potentiel et l’univers du ballet possède des caractéristiques intéressantes. Palladino a son style bien à elle, et certaines scènes sont là pour montrer qu’elle peut l’appliquer à Bunheads, le garder intact, sans pour autant trop en faire. Mais, à ce stade, ses gimmicks prennent le dessus, et trop régulièrement, la série étouffe à cause de cela.

Au final, Bunheads est avant tout au sujet de Michelle et Fanny et le show repose quasiment intégralement sur l’alchimie entre Sutton Foster et Kelly Bishop qui est indéniable ; et, c’est bel et bien le talent de ses deux actrices qui m’aide à rester engagée dans ce qui se passe. En tout cas, c’est cela qui explique pourquoi je reste à Paradise pour le moment et qui devrait me conduire jusqu’au bout de la première saison.

Pour terminer en beauté, un petit numéro (rêvé) de Michelle qui donne sincèrement envie qu’elle en fasse plus souvent :

Get the Flash Player to see this content.

Laissez un commentaire

©2006-2014 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress.
91 queries. 0, 743 seconds.