Franklin & Bash : la loi et le désordre (saison 2)

avatarun article de :
publié le :
4 juil 2012 à 8:30
votre opinion :
0 commentaire

franklin et bash saison 2

Difficile de faire plus série judiciaire estivale que Franklin & Bash. Les deux avocats incarnés par Mark-Paul Gosselaar et Breckin Meyer sont de retour pour une saison 2 où ils font plus ou moins ce qu’ils faisaient la saison passée : ils gagnent des affaires avec le moins de professionnalisme possible.

 We keep making this about dates and contracts and legal stuff, we’re gonna lose.

publicite

Au point de départ, Jared Franklin et Peter Bash défendent les plus petits jusqu’à ce qu’ils soient recrutés par l’énorme firme  Infeld Daniels. L’excentricité de Stanton Infeld, qui a engagé les deux hommes, sert à justifier le fait qu’ils sont encore tous les deux dans l’entreprise.

Il a clairement été établi qu’ils n’aimaient pas plaider pour les corrompus de ce monde. Si les deux hommes pimentent leur travail en tentant de trouver multiples techniques pour que le pire puisse se passer dans un tribunal, ils ont un sens de la justice prononcé et une idée de qui ils veulent bien défendre.

Le début de la saison va tenter quelque peu de s’attaquer à cela en leur offrant une promotion dans leur entreprise et en leur fournissant des affaires avec de plus gros poissons – tout en conservant l’exubérance propre à la série. Les épisodes questionnent bel et bien la direction de leur carrière et c’est fait très directement. La subtilité n’est franchement pas présente dans Franklin & Bash, que ce soit dans les traits de caractère des personnages, leurs développements ou les histoires.

J’imagine que les créateurs Kevin Falls et Bill Chais voulaient tenter de sortir ces deux protagonistes de leur zone de confort – sans grand succès. Il faut dire que cela va à l’encontre même de l’essence du show.

Au final, ce début de saison part un peu dans tous les sens. Les affaires judiciaires excentriques s’enchainent avec plus ou moins de panache, et les deux avocats retombent sur leurs pieds quoiqu’il arrive. Côté vie privée, Peter Bash sort avec une flic qui fait trop peu pour être intéressante – ou pour devenir un personnage à part entière de la série. Sa mère sera aussi passée dans le coin (sous les traits de Jane Seymour), mais on frôle l’anecdote. Beau Bridges, qui incarne le père de Jared Franklin, a refait un épisode qui s’est plus ou moins contenté de faire le même constat que son premier passage. S’il y en a un qui évolue de façon concrète à l’heure actuelle, c’est Pindar, la saison se concentrant un peu trop sur ses phobies. Soyons honnête, je ne regarde pas la série pour lui ! Pour le coup, le show s’égare aisément pour tenter plus ou moins de justifier la plupart des noms au casting – à commencer par ceux de Reed Diamond et Garcelle Beauvais ; ces deux-là représentaient la loi et le professionnalisme en première saison, mais ils n’ont même plus cette utilité.

C’est un peu le chaos dans Franklin & Bash qui utilise le tribunal et les problèmes judiciaires pour tout faire : s’intéresser à la famille de ces avocats, à leurs vies privées, à leurs méthodes peu orthodoxes et à leurs motivations. Au lieu de tenter de les développer loin du système judiciaire, tout est articulé autour de celui-ci et les limites se font ressentir. Pas que je regarde le show pour autre chose qu’un peu de détente et de rigolade, mais ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas que cela soit bien fait à un certain niveau

Ce début de saison 2 possède certainement ses moments, mais Franklin & Bash a du mal à maintenir la mascarade – ce qui est un peu dommage.

Laissez un commentaire

©2006-2014 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress.
96 queries. 0,948 seconds.