Suburgatory : L’Enfer, c’est les autres, ceux avec le Botox

À la rentrée, ABC a enfin trouvé le compagnon de route idéal pour faire équipe avec The Middle. Il s’agit d’une autre comédie familiale un peu décalée qui se centre cette fois sur un père célibataire qui veut offrir une vie meilleure à sa fille. Il l’emmène alors vivre dans une banlieue chic, Chatswin aka Suburgatory.

Nous suivons ainsi Tessa (Jane Levy) et George Altman (Jeremy Sisto), deux new-yorkais qui ont quelques difficultés à s’adapter à la culture de leur nouveau lieu de résidence. C’est un peu ça le thème principal de la série, un choc culturel brutal qui ne cesse de surprendre. C’est exagéré de manière totalement volontaire pour naviguer dans une parodie qui s’impose comme un standard.

Le concept est donc le terrain parfait pour faire de l’humour, car nous sommes comme Tessa et George, on a du mal à ne pas être abasourdis face à la stupidité (et superficialité) ambiante qui est régie par une logique effrayante qui offre à la vie à Chatswin une cohérence insoupçonnée. Concrètement, c’est tellement énorme que c’est juste normal.

Les premiers épisodes reposent fortement sur l’opposition évidente entre les Altman et les autres habitants de Chatswin. Après quelques semaines, ce n’est pas répétitif, mais il est clair qu’il va falloir que la série évolue au bout d’un certain temps. Ce n’est pas pressé, puisqu’il y a clairement de la matière à explorer pour plusieurs mois encore. Ceci dit, il serait bien que George se renseigne sérieusement sur toutes les règles imposées par le conseil du quartier, car il peut se faire avoir une fois, s’en étonner une seconde fois, mais après il doit quand même commencer à se douter de ce qui va lui tomber dessus, tout particulièrement quand des voisines le regardent comme s’il venait de commettre un meurtre (la fausse guillotine n’a certainement pas aidée à rendre la situation immédiatement limpide, on peut lui accorder ça).

Du côté de Tessa, il y a une bonne idée qui a rapidement fait son apparition, puisqu’on lui a offert un second sidekick. Lisa Shay (Allie Grant) est un peu trop perturbée pour être fiable. Ainsi, nous avons Malik (Maestro Harrell aka Randy de The Wire) qui est un autre loser plein de promesses et qui possède un timing comique qui s’associe bien avec le reste. Cela dit, ce qui définit le plus Tessa, c’est son sarcasme et son sens de l’ironie que l’on retrouve également dans la narration en voix off. Cette dernière tend à être un peu intrusive par moment, mais elle a le mérite d’être efficace la majorité du temps. Il faudra peut-être un peu de modération à ce niveau d’ici peu, car ça peut devenir un piège – d‘autres séries sont malheureusement tombées dedans violemment. Enfin, il y a l’opposition entre Tessa et son ennemie jurée, Dalia Royce (Carly Chaikin), qui est excellente et qui mériterait d’être gentiment entretenue pour en tirer le maximum sur la longueur, car il y a un véritable potentiel comique chez cette blonde écervelée.

Il y a donc pas mal de bonnes petites choses dans les premiers épisodes de Suburgatory. L’une des plus importantes est indéniablement le fait qu’un rythme de croisière a été trouvé très rapidement. Le second épisode est un peu faible, mais c’est tout. Ensuite, la relation père/fille entre George et Tessa est très bien écrite, l’alchimie entre les acteurs étant indéniable. D’ailleurs, ça s’étend au reste de la distribution qui est aidée par le fait que malgré que certains protagonistes sont basiquement des caricatures, on leur offre de quoi être bien plus que ça – tout particulièrement Dallas Royce (Cheryl Hines) qui est une femme compliquée et dont la relation avec George est pleine de potentiel pour les deux personnages. Il y a également Noah (Alan Tudyk) qui a profité de l’épisode 6 pour gagner ce qui lui manquait pour être crédible dans le rôle du meilleur ami de George.

Après quelques épisodes, Suburgatory a bien su construire sur les bases prometteuses posées par son pilote. Le sujet et l’approche choisie pour exploiter celui-ci devraient pouvoir fournir de quoi s’occuper pendant un bout de temps. À ce rythme, la première saison devrait passer sans souci. On en reparlera donc plus tard pour voir si c’est vraiment le cas.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires