Awake : entre rêve et réalité, pourquoi choisir ?

27 Mai 2017 à 17:30

La fin d’une saison télévisuelle est toujours accompagnée d’annulations. Et si certaines séries vont au bout de leur histoire, d’autres sont forcées de s’arrêter trop tôt. Chez Critictoo, nous avons alors décidé de revenir pendant quelques semaines sur certaines séries qui ont su laisser leur marque malgré le fait qu’elles n’ont pas eu l’opportunité de poursuivre au-delà de leur première et donc unique saison.

Série dramatique de science-fiction créée par Kyle Killen, diffusée en 2012 sur NBC, Awake s’est éteinte au bout de 13 épisodes dans une indifférence quasi totale faute d’avoir su trouver son public. Concept aguicheur et original, casting de haut niveau et indéniable travail de réalisation, la série regorgeait de qualités et s’est fait, à titre posthume, une réputation de petite pépite malmenée à rattraper de toute urgence.

D’une réalité à l’autre

 Awake est un drame familial policier avec un petit twist. L’inspecteur de police Michael Britten (Jason Isaacs) reprend du service après avoir été victime d’un grave accident de voiture. Ce tragique évènement est, pour Michael, le déclencheur du dédoublement de sa réalité. Au réveil, il est avec sa femme Hannah (Laura Hallen) et ils tentent ensemble de faire le deuil de leur fils Rex (Dylan Minnette). Lorsqu’il se rendort, il entre dans sa deuxième vie, celle où sa femme n’a pas survécu à l’accident et où il s’occupe seul de Rex. Une version est-elle fantasmée ? Si oui, laquelle ? Michael refuse de choisir entre sa femme et son fils et joue sur les deux fronts.

Partenaires différents, psychiatres différents, bracelets et filtres colorés, tout est toujours fait pour nous indiquer clairement dans quel univers évolue Michael. Bien que les deux réalités soient sensiblement différentes – ce qui n’est pas sans rappeler Fringe – elles restent connectées. La formule est simple, mais efficace : Michael enquête sur deux affaires qui s’avèrent rapidement être liées, et réussit en croisant les informations à les boucler, suscitant l’incompréhension de ses collègues. Parallèlement, un complot prend forme et place notre héros psychologiquement instable au centre de quelque chose qui le dépasse et met son entourage en danger.

Jason Isaacs crève l’écran

L’aspect procédural de Awake s’assume rapidement comme un simple prétexte permettant d’explorer la psychologie de Michael dans différentes situations. Jason Isaacs, récemment aperçu dans The OA, s’offre certainement ici son rôle le plus intimiste et prouve par la même occasion qu’il a les épaules pour porter – presque – seul une série. C’est en effet l’unique point de repère du spectateur et c’est à travers ses yeux que les évènements progressent. Du mari aimant au père dépassé, en passant par le flic déterminé, sa palette de jeu est extrêmement large et toujours juste.

Awake aborde principalement les thèmes du choix, des conséquences et des rapports humains. C’est, comme souvent, au service de la réalité que la science-fiction brille le plus. Si on peut reprocher à la série quelques lourdeurs amenées par les deux psychiatres (interprétés par B.D. Wong et Cherry Jones) qui explicitent un peu trop les comportements de Michael, cela permet tout de même quelques réflexions pertinentes. La force de Awake réside principalement dans sa capacité à composer avec plusieurs genres, c’est ce qui lui a permis d’asseoir rapidement un style qui lui est finalement propre.

Une série qui a su évoluer

Chaque épisode d’Awake étant scindé en deux parties, le spectateur n’a qu’une vingtaine de minutes pour se familiariser avec un univers et ses personnages. Bien que cela soit souvent un peu court pour éviter de tomber dans certains clichés, la série apprend à jongler avec ce format et réussit à développer des personnages attachants et complexes, Hannah en tête. Cette dualité est même rapidement mise au service du scénario et du suspens, permettant des cassures de rythme bienvenues et des parallèles de plus en plus subtiles.

Awake utilise les codes du drame procédural classique, mais impose sa patte au fil de la saison. Des banales enquêtes de la semaine, la série évolue vers une construction plus feuilletonnante et s’amuse avec le spectateur, le poussant constamment à reconsidérer les multiples théories qu’il aurait pu élaborer. Sur son excellente dernière ligne droite, la série semble totalement s’affranchir des contraintes et propose quelque chose de plus dynamique pour délivrer un final explosif.

Souvent découverte sur le tard, Awake gagne en considération avec les années et s’installe, doucement, mais sûrement, comme incontournable du genre. C’est une œuvre unique, déstabilisante et étrangement passionnante qui séduira tout particulièrement les fans de Mr. Nobody ou d’Inception. Son unique saison, bien que laissant quelques points en suspens, forme un ensemble cohérent et complet, apportant les réponses aux principales intrigues mises en place.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link