Battlestar Galactica – Bood on the Scales (2/2) (4.14)

La présidente réussit à atteindre le vaisseau Cylon, tandis que Kara et Lee cherchent à libérer les prisonniers. Gaeta et Zarek veulent faire un procès à Adama pour justifier sa future exécution.

Nous avions laissé Tigh et Adama au point où ils allaient se faire attaquer. On reprend là, et on continue dans la même logique que durant la première partie. Le point fort est que, même sans être très original dans son déroulement, cette histoire s’éloigne du schéma un peu usagé du précédent.

Comme c’est le cas depuis la reprise, l’épisode est de bonnes qualité, avec ce qu’il faut où il faut, mais le problème est qu’être abouti sur le plan technique ne fait pas tout. Le show semble coincé par ses propres codes, n’osant plus sortir des limites qu’elle s’est elle-même imposées, si je puis dire. Ainsi, tout ce qui se passe ou presque répond à la logique et la morale de la série. C’est la quatrième saison et on connait maintenant parfaitement la façon de penser des auteurs au point que l’on peut prévoir pratiquement tout ce qu’ils vont envisager dans chacune des situations critiques qu’ils ont mis en place ici. C’est un peu comme s’ils utilisaient un catalogue et pour chaque rebondissement s’ajoutaient les éternelles mêmes options.

Bref, mis à part le retour de Romo Lampkin, il n’y a pas vraiment grand-chose pour nous sortir de l’espèce d’ambiance monotone qui s’installe au fur et à mesure que l’action avance. Les cadavres continuent à s’amonceler, certains tombent plus vite que je ne l’aurais cru, les membres du Corum, par exemple, qui étaient sacrifiables, mais étaient également obsolètes depuis longtemps, ce qui faisaient d’eux de la chair à canon, certes, mais aussi une quantité négligeable. Ils auront finalement une utilité sur leur fin : illustrer l’ambition de Zarek.

Ce dernier et Gaeta étaient condamnés dès le début de l’histoire. Leurs noms sur la liste des morts en suspens étaient haut placés, voilà le résultat. C’était peut-être aussi le cas de Sam. Il faut dire que quand on suit la logique de Moore, dans chaque situation, il se doit de se produire quelque chose de prédéfini. Donc, forcément une évasion = un blessé minimum.

Mais passons pour aborder le problème Cylon. Que font-ils toute la journée dans leur vaisseau ? On n’en sait rien, mais ils n’ont pas vraiment la motivation nécessaire pour risquer de perdre le privilège de leur oisiveté. En tout cas, ils sont toujours relativement peu exploités et c’est assez dommage.

Pour finir, nous avons donc un épisode qui n’est pas mauvais, mais qui est presque trop consensuel pour la série. Sacrifier des personnages n’est pas la seule chose qui compte, enfin actuellement si. Bref, la fin se rapproche, le gouvernement est maintenant inexistant, ce qui va pousser Roslin à reprendre ses fonctions, ou Lee à prendre les rênes du pouvoir. Pour le reste, toujours rien de particulier, pas de nouvelles directions, à moins que la découverte finale du Chief ait un sens (pour le moment, ce n’est peut-être rien).