Battlestar Galactica – No Exit (4.15)

Sam a retrouvé la mémoire, conséquence de sa blessure, mais il n’a pas beaucoup de temps pour raconter toute l’histoire aux autres Cylons. Le vaisseau est au bord de la ruine et le Chief doit commencer à réparer. 12 mois plus tôt, dans une cuve de régénération, Ellen refait surface.

Col. Tigh : What was the Plan ?

Il semble que les détours qu’empruntait la série depuis sa reprise touchent à leur fin. L’inévitable ne pouvait pas être repoussé éternellement, il fallait qu’à un moment les réponses commencent à arriver. Et c’est Sam qui va les donner. Enfin, Ellen de son côté va contribuer, mais l’important est que, devant nos yeux, toute cette histoire prenne finalement forme.

L’épisode s’ouvre avec une nouvelle séquence d’introduction, histoire de remettre tout en place. Un résumé des grands évènements qui nous fait comprendre que c’est un peu le début de la fin. Par Sam, donc, nous allons savoir ce qui a poussé à la création des Skin jobs, comment la Première Guerre s’est achevée, qu’il y avait un Cylon numéro 7, mais que ce n’était pas Kara. Nous découvrons l’origine de la religion monothéiste, et c’est par Ellen que l’on apprend comment celle-ci s’est propagée, mais surtout, c’est sa relation avec Cavil qui va nous expliquer comment les Final Five en sont arrivés là où ils sont.

Même s’il y a encore beaucoup de questions sans réponse, on ne peut que se satisfaire de ce que nous apprenons ici. L’histoire Cylon prend une nouvelle dimension et la mythologie de la série regagne en crédibilité.

En parallèle, le Chief va montrer à Adama ce qu’il a découvert lors du précédent épisode. Le Galactica ne va pas tenir longtemps dans l’état. Il est sur le point de s’effondrer sur lui-même. Même si cela semble presque anecdotique face aux discours de Sam, il est clair que cette intrigue est là pour introduire un élément qui sera surement majeur pour la suite du show.

Dans le même esprit, la Présidente donne à Lee les rênes du pouvoir. Ce dernier n’est pas stupide et fait remarquer quelque chose qui aurait dû l’être il y a longtemps : les colonies n’existent plus, il faut adapter le gouvernement à la réalité, à la vie dans les vaisseaux.

Les deux principales storylines de l’épisode se concluront sans surprise, mais auront apporté plus à la série que tout ce qui a pu se dérouler depuis la reprise. Battlestar Galactica semble enfin sur des rails et cela fait beaucoup de bien.