Battlestar Galactica – Sometimes a Great Notion (4.11)

Les Colons et les Cylons rebelles doivent gérer la découverte d’une Terre enfin trouvée, mais dévastée. Kara par à la recherche de la source du signal qui l’a amené là. Dee va renouer avec son mari.

Il y a beaucoup d’attentes pour cette reprise. C’est le début de la fin et on l’a attendu pendant longtemps. Sci Fi Channel compte bien capitaliser là-dessus et a fait monter le buzz à son maximum, mais cela peut s’avérer être un peu risqué, car du coup, on risque de ne pas vraiment en avoir pour son argent. Ayant évité de voir ou de lire quoi que ce soit sur cette reprise, j’ai tenté de profiter un maximum des effets de surprises, mais ceux-ci se révèlent quand même un peu faibles.

On débute l’épisode là où on s’était arrêté. Tout le monde déambule sur la plage, les rapports affluent : toute la planète est dans cet état. Que faire ? Pour le moment, pas grand-chose. Il apparaît dès lors très clairement que l’épisode va entièrement reposer sur l’impact émotionnel de la découverte. Quelques révélations seront faites, mais elles restent presque à l’état d’anecdote, alors qu’elle s’avère quand même être des clés de premières importances pour comprendre l’histoire des colonies et surtout, des Cylons.

Ainsi, les Five, une fois sur Terre, vont vivre des flashbacks, brefs, mais vivides, qui vont leur faire comprendre qu’ils étaient sur la planète au moment où elle a été annihilée. Comment 200 ans de leur vie ont disparu ?

Ensuite, Kara, accompagnée de Leoben, va retrouver son Viper, celui dans lequel elle est morte. Qui est-elle ? Même le Cylon à ses côtés ne comprend pas ce qu’il se passe. Elle ne fait pas partie des leurs, comment cela est-il possible ? La planète a-t-elle un pouvoir particulier ? Y a-t-il un troisième joueur qui les manipule tous ?

En attendant, sans réponse, et avec la moitié des questions, la présidente se résigne. Apollo doit reprendre la responsabilité d’annoncer au peuple la vérité. C’est ainsi que débute une sorte de spiral d’autodestruction pour les colons. Plus de courage. Plus de motivation. Plus d’espoir. Une période trouble s’annonce à l’horizon et Lee va alors renouer avec sa femme pour quelques moments de bonheur. Les derniers que Dee voudra garder en mémoire avant de mettre fin à ses jours.

Le fond est atteint. Même Adama perdra espoir, mais en se tournant vers son ami de toujours, il comprendra que son rôle n’a pas changé. Et c’est ainsi que l’on se prépare à relancer la série. Fini la Terre et les prophéties, enfin, c’est ce qu’il semble jusqu’à ce que Tigh retourne au sol et nous révèle l’identité du cinquième Cylon.

Comme il l’avait promis, Moore n’a pas tardé à nous donner la réponse qui semblait pourtant être devenue le seul moteur de la série, une fois la Terre découverte.

Nous restons ainsi dans l’expectative. La reprise a imposé un rythme lent et peu d’éclaircissements. Beaucoup de questions, par contre. Une en particulier : Et maintenant ?

Ce retour n’est pas aussi enthousiasmant qu’il aurait dû l’être. Choisir de faire un épisode plus émotionnel n’était peut-être pas ce qu’il y avait de plus effectif pour insuffler un nouveau souffle d’énergie à la série. Tout ne tombe pas à plat, mais Battlestar va devoir rapidement se reconstruire pour ne pas décevoir.

Il est peut-être temps de revenir au fameux « plan ».