Battlestar Galactica - The Oath (1/2) (4.13)

Alors qu’Adama continue d’essayer de faire installer les moteur cylons dans la flotte, Gaeta va faire évader Tom Zarek et, ensemble, ils vont lancer une rébellion armée avec comme premier objectif : prendre le contrôle du Galactica.

L’épisode démarre rapidement par l’évasion de Zarek, il faut dire qu’il aurait été inutile de nous faire patienter, car tout ce qui va se produire est plus ou moins prévisible suite aux décisions prises à la fin de l’épisode précédent. Bien entendu, cela ne va pas se dérouler parfaitement, car malgré ses planifications, Gaeta n’a pas tout prévu. En fait, la première erreur qu’il a étonnamment commise est de ne pas avoir commencer par arrêter Starbuck. Dans le genre instable, imprévisible et assoiffée de sang, on ne fait pas mieux. Du coup, Kara, possédée par l’âme de John McClane, prend les armes, s’infiltre et ne se gêne pas pour dézinguer ceux qui sont devenus ses ex-collègues en se rebellant. Le personnage reprend vie, car après tout, elle n’a jamais vraiment été bonne à autre chose qu’à faire la guerre.

La suite des évènements est assez prévisible et laisse une impression de déjà vu, sauf que cette fois, ce ne sont pas les Cylons qui infiltrent le vaisseau. Tous les protagonistes principaux ont un rôle à jouer, Baltar a même le droit à quelques attentions. Le Galactica est vaste, il y a donc  de la place pour tout le monde. Malgré ça, il est assez surprenant que les cylons restent aussi en retrait, surtout que le Chief leur montre une façon d’aborder.

Mais bref, l’épisode est en deux parties, donc nous resterons sur un cliff assez prévisible, mais efficace. Une fois de plus, nous avons une bonne maîtrise de la mise en scène, mais les codes de la série sont ici un peu trop palpables et ne laissent pas vraiment place à l’innovation. A croire que les scénaristes essaient véritablement de gagner du temps avant de nous mener à la fin. Pire, depuis la reprise, j’ai bien l’impression que tout ce qui est mis en place ne sert qu’à mener les personnages vers la mort, les uns après les autres. C’est surement pour ça que l’on nous a ramené des têtes connues comme Connor, Gage, Seelix, des faces de la résistances, utilisées occasionnellement en situation de guerre. Il fallait des visages familiers à montrer pour mieux les supprimer.

C’est peut-être ça la route choisie pour la conclusion de la série, tout le monde va s’entretuer et les cylons vont ramasser les miettes. De toute façon, ceux-ci n’ont visiblement plus de but. Pas de Terre, un peuple divisé et plus d’ennemis concrets. Mais tout ceci n’est certainement que provisoire, Ronald D. Moore a surement prévu de les ramener pour la fin. En attendant, nous avons des épisodes qui, dans un autre contexte (comprendre : s’il y avait une saison 5) auraient un fort impact, mais vu la situation, cela joue surtout avec notre patience en nous éloignant de la route principale. La suite, la semaine prochaine.