Après la disparition de Roman, Alby va prendre définitivement le contrôle de Juniper Creek dont les fonds de l’UEB sont désormais gérés par un comité civil. Bill parvient à ouvrir son casino, mais une série de problèmes le pousseront à se présenter pour le sénat.

Cette quatrième saison est celle dans laquelle tout part en vrille pour les Henrickson. C’est un peu étonnant, car le casino était l’assurance de la sécurité qu’ils ont tant cherché, mais Bill est déjà passé à autre chose.

En fait, depuis le départ, on a pris l’habitude de voir Bill imposer ses lubies les unes après les autres, aussi folles soient-elles, forçant tout sur son passage afin d’obtenir ce qu’il veut. Mais cette fois, il va peut-être trop loin, car bien que la saison soit plus courte, cela sera suffisant pour que l’on observe la famille se fissurer de toute part.

Le dernier plan en date est l’élection sénatoriale. La politique. Et une fois élu, Bill compte révéler au monde qu’il est polygame pour pouvoir vivre heureux à la lumière. Dieu est avec lui, d’après ses dires, car forcément, il implique toujours ses croyances afin d’alourdir ses arguments, mais cela finira par le faire sonner comme un fanatique, amplifiant ainsi le côté complètement stupide de son plan. En plus, ce n’est pas comme si on ne l’avait pas prévenu, car ses femmes doutent et tous ceux qui sont extérieurs lui diront à un moment ou un autre que c’est réellement idiot, mais Bill a une vision et est aveugle au reste, et surtout aux besoins de ses femmes et de ses enfants.

Dans tout ça, c’est Barb qui va être avoir le plus souvent la parole, mais peu importe ce qu’elle dit, car Bill n’écoutera pas. Certes, il aura raison occasionnellement, ce qui ne change pas le fait que les conflits que rencontre le couple pousseront chacun des époux à commettre des erreurs par pur défi, laissant les autres payer le prix. Dans le cas du casino, les Flute vont être servis, passant la saison à éviter les coups et à négocier la sécurité que Marylin (Sissy Spacek) , la lobbyiste que Bill a malheureusement accrochée dans son sillage lors d’un passage à Washington, essaiera de vendre.

Mais Barb a d’autres soucis, car Sarah va se marier et elle a des problèmes qui n’ont jamais été réglés. Elle n’est pas la seule, car son frère Ben est plutôt servi, en particulier quand son attirance pour Margene créera un malentendu qui explosera un peu trop fort.

Margene, justement, lutte pour être la jeune femme indépendante qu’elle rêve d’être, mais Bill semble dérangé par cela, pointant souvent du doigt son égoïsme. C’est un peu hypocrite de sa part, mais c’est le mari… Quoi qu’il en soit, la troisième femme et son époux vont avoir des soucis, comme Nicki qui paie toujours le prix de ses erreurs, bien que celle-ci, réunie avec sa fille, se lancera dans une quête identitaire plus personnelle. La mort de son père finira par être libératrice pour elle, mais J.J. (Zeljko Ivanek) rôde et lui met la pression de manière insidieuse. C’est d’ailleurs par lui que l’on continuera à suivre un peu ce qui se passe à Juniper Creek, car cette saison s’en éloigne beaucoup, les déboires d’Alby étant d’un ordre assez différent de ceux de son père.

Avec l’intrigue politique qui a mis à rude épreuve les protagonistes et les fondements du show, et le casino, cette quatrième saison a réellement tout fait pour s’éloigner des composants traditionnels du show. De plus, le drama se porte largement sur les intrigues et leurs enjeux, alors que les personnages et leurs conflits personnels étaient privilégiés auparavant. Cela se ressent assez fortement, surtout avec certaines storylines secondaires vraiment faibles et dans le fait qu’une partie des protagonistes ne fait que subir et n’avancera guère.

Le résultat se montre parfois agaçant, parfois convenable, mais rarement aussi brillant qu’on aurait aimé. En s’obstinant à suivre la mauvaise route, Bill semble entrainer tout ce pour quoi il s’est battu vers la destruction. Il va donc nous falloir attendre la prochaine saison pour voir comment il parviendra à sauvegarder quoi que ce soit.