Big Love – Outer Darkness (3.09)

Avec tout ce qui se passe, Bill a perdu le sommeil. D’un côté, il craint que sa famille se dissolve complètement par la faute de Nicki, d’un autre, il doit tenter de sauver son projet de casino, et enfin, il va être obligé de pactiser avec son ennemi pour le bien de tous.

« Heavenly Father is Throwing every trial in the book at me » — Bill

Bill a bien raison, à ce point-là, si quelque chose de bon lui tombait dessus, ça serait presque qualifiable de miracle. Entre les magouilles de Ted, les problèmes à répétition que Nicki a causé, sans parler de ceux qui se profilent à l’horizon, il n’est pas près d’en voir le bout, surtout qu’à tout cela s’ajoute les Greene, Roman et la mort de Katie.

Tout ceci va servir à alimenter cet épisode quand la caméra ne sera pas tournée vers Barb. Cette dernière est sur le point d’être excommuniée de son Église. Elle qui semblait être arrivée à accepter son style de vie pour ce qu’il est, elle se voit confrontée à ce qui fut autrefois le cœur de son existence, et on veut le lui ôter.

Même si toute cette partie consacrée à Barb devant digérer le fait qu’elle est renvoyée de l’église se montre assez intéressante et offre de très belles scènes, notamment avec sa mère et sa sœur, elle n’en reste pas moins trop présente, presque encombrante en cette période où la famille, plus que la foi, est en crise. Margene sera reléguée en arrière-plan, tentant de se faire entendre, alors qu’il arrive à Nicki ce qu’elle craint depuis le début : se faire rejeter par Bill. Certes, elle l’a certainement cherchée, et, pour le coup, se concentrer sur elle aurait été une bonne chose, surtout que l’on nous balance sans crier gare qu’elle a eu un enfant avec le frère de Wanda et qu’on lui a enlevé lors de la rupture de leur mariage.

Il y a donc toute une part de son passé qui nous est une fois de plus exposée par bribes et qui n’aura pas le droit d’être développée plus que ça.

À côté, le retour de Scott auprès de Sarah est aussi anecdotique qu’il y parait, mais, après tout ce que la jeune femme a vécu, il aurait également été bien d’y consacrer un peu plus de temps.

Bref, le choix a été fait de ralentir le développement des choses au moment où les fondements de la famille Henrickson sont sur le point de s’écrouler. C’est frustrant, surtout que rien ne semble présager une accalmie prochaine, principalement car la fin de saison est proche. Toutefois, la chute – littérale – de Bill pourrait bien s’accompagner d’un changement de direction. On ne sait jamais ce qu’un coup sur la tête peut faire à la télévision.

Avec tout ça, on en oublierait de signaler qu’Alby est devenu un ange et qu’il est presque plus flippant gentil que méchant.

Au final, l’épisode se montre quand même d’un très bon niveau, mais souffre donc d’un défaut de rythme et de l’éternel problème de la série depuis son commencement : avoir trop de personnages qui méritent tous que l’on s’intéresse à eux, mais il n’y a jamais assez de place pour ça. Cet épisode en est l’illustration parfaite.