Big Love – Prom Queen (3.03)

Barb apprend que sa sœur est de retour et qu’elle organise des meeting pour tenter de combattre la prolifération des jeux d’argent. Sarah décide d’aller à son bal de promotion. Bill convainc Rhonda de partir. Wanda devient incontrôlable. Margene apprend la mort de sa mère. Lois prépare le meurtre de Frank.

Ce début de saison est définitivement bien chargé, mais cela a pour conséquences un certain éparpillement qui a tendance à nuire à quelques intrigues.

On débute avec la mort de Ginger. Enfin, on apprend son décès en même temps que Margie. Cette dernière ne va pas, contre toutes attentes, être touchée par la nouvelle. Il faut dire que les deux femmes n’étaient pas vraiment proches, comme nous l’avions constaté lors de la rencontre avec la famille dans le 2.07 – Good Guys and Bad Guys. Voilà l’exemple type de l’histoire qui souffre de la construction de l’épisode, car suite à la petite cérémonie, Margie va reprendre le cours de sa vie, mais on va la voir légèrement hantée par la présence de la boite qui contient les cendres de sa mère. Le tout mis en scène avec brio, ce qui amplifie la déception à la fin de voir qu’en fin de compte, tout l’investissement émotionnel que la storyline commençait à demander s’évapore faute d’approfondissement. Cela reviendra peut-être plus tard, mais sur le coup, le résultat est perdu.

C’est un peu la même chose lorsque que Lois, tentant de tuer Frank, est interrompue par le coup de téléphone de son fils qui vient lui parler du suicide de sa sœur, Maggie. Tout ce mélange. L’effet dramatique assez fort d’une scène se retrouve coupé court pour rebondir sur une autre. Le désarroi de Lois est palpable, mais les saccades dans le rythme dérèglent tout pour nous.

Côté drama, l’épisode n’a pas fini avec cela. Nous allons avoir le droit à un petit moment révélation sur ce qui a pu se dérouler à Juniper Creek. L’origine du procès en fait. Kathy va raconter son histoire, elle qui n’était, jusque-là, qu’une sorte d’antithèse de Wanda, réussit à gagner en présence, mais c’est surtout ce que cela amènera sur Nicki qui aura finalement de l’importance. Il semble que soudainement, elle soit forcée de confronter l’image de son père qu’elle vénère, à la dure réalité qui lui fait face. Alors que Rhonda se trouve une porte de sortie qui convient également à Roman, Nicki pourrait se révéler être le véritable problème, si, bien entendu, elle n’enfouit pas tout cela.

À côté de ça, on des retrouvailles avec la famille de Barb. C’est assez inattendu, vu que l’on n’avait pas eu d’actualisation sur la situation post-mariage de la saison précédente. Le temps a passé et si avec sa mère, les liens se sont resserrés, avec sa sœur, Barb a une nouvelle fois des soucis. Difficile de savoir jusqu’où cela ira, mais pour le moment, c’est un peu poussif, car la vie des Henrickson est déjà assez compliquée, et ajouter cela remplit le vase un peu trop. Au moins, les rencontres familiales permettront de faire échos à une autre intrigue, car Barb parait couper encore plus le cordon avec cette partie de sa famille pour se rapprocher de l’autre, celle qu’elle aimerait visiblement qu’Ana rejoigne.

La serveuse a du mal à appréhender tout ce qui lui arrive et va commettre une erreur qui pourrait lui couter Bill pour de bon. C’est alors que Barb intervient. On aurait pu croire que maintenant que son cancer n’était plus vraiment dans la balance, elle serait motivée par un maintien de la situation actuelle, sans Ana, mais elle va se montrer plutôt surprenante dans sa façon de gérer le problème.

Avant de conclure, quelques mots sur la Prom Queen. Sarah réagit à sa grossesse en décidant d’aller au bal de la promotion. C’est un peu comme si c’était pour elle la dernière occasion de vivre comme une adolescente. L’histoire ne sera pas vraiment approfondie, mais offrira une excellente conclusion avec Ben.

Pour finir, donc, l’épisode va se montrer remarquable de par sa mise en scène et, tout particulièrement, dans la création d’ambiance assez forte appuyée par une musique qui est bien plus présente et aboutie que d’habitude. Le problème, par contre, c’est que, malgré une durée de 60 minutes, il y a eu trop de choses et pas assez de place pour tout raconter comme il le fallait. C’est par moment assez déconcertant. En tout cas, il y a là du matériel pour bâtir des intrigues intéressantes par la suite, en espérant que l’on ne se mettra pas à tourner en rond, car le rythme imposé va être dur à maintenir toute la saison.