Le manque d’inhibition de Margene, dans la chambre et dans la cuisine, va faire naitre des dissensions entre les femmes. Bill s’inquiète de ce que pourrait faire Roman après qu’il ait refusé de lui donner l’argent de la dernière boutique. Son père doit sortir de l’hôpital et sa mère lui demande d’aller le chercher.

Après nous avoir introduit à la famille Henrickson et à leur mode de vie, ce second épisode développe, ou plutôt, explicite deux thèmes : l’importante de la religion dans ce leur vie, et la « gestion » de la sexualité.

Il y a beaucoup de personnages dans Big Love, il était donc difficile de s’étaler trop sur chacun dans le pilote. Il semble que de ce côté-là, il n’y aura pas de précipitation et c’est plutôt une bonne chose. Nous découvrons donc que Don, le partenaire de Bill dans les affaire est lui aussi polygame. Sarah, la fille de Barb, n’approuve pas ce choix de vie, et Ben, le fils ainé, et bien, il est difficile de trop savoir où se place ses croyance, mais sa libido est ce qui semble le mener.

Pour en revenir aux thèmes, la religion est abordée à plusieurs reprises. Bien sûr, nous avons Heather, la collègue de travail de Sarah, qui n’arrête pas de ramener le sujet, dans le but, finalement avoué, de faire comprendre qu’elle voulait une amie, et que ses croyances lui permettais d’être tolérante. Heureusement que la discussion finit par aboutir, car cela commençait à devenir un peu trop lourd. Dans un autre registre, un peu plus intéressant, Don fait des remarques sur sa pratique religieuse et sur la guidance qu’il en retire et que Bill devrait retirer. Ce dernier va d’ailleurs suivre ses conseils et prier pour avoir de l’aide. Il s’exprimera dans ce sans avec Margene. Cette façon de faire va nous permettre de véritablement appréhender les liens qui unissent la famille.

Pour ce qui est de la sexualité, nous surfons entre la jalousie et l’acceptation. On a d’ailleurs du mal à savoir si c’est la jalousie qui les poussent à agir d’une certaine manière, ou si c’est les transgressions mineures faites à leurs règles. Il faut dire que la gestion est assez difficile, les trois femmes ayant chacune des soucis et des besoins qu’elles voudraient voir gérer en priorité par Bill. Plus l’épisode avance et plus on se rend compte que suivre l’ « agenda » est ce qu’il y a de plus sûr pour ne pas sombrer dans le chaos. Difficile d’imaginer comment Don va faire avec sa future quatrième femme quand on voit Bill avec seulement trois.

Ce second épisode est donc riche en petites informations, disséminés au détour de dialogues anodins ou non. Bien que l’épisode soit assez bien rythmé, il faut noter que certains personnages semblent ne pas trouver complètement leur place dans l’histoire, ce qui va provoquer quelques moments de vide, en particulier avec Ben, le fils, et Heather qui est trop caricatural alors que la série est plutôt sobre.