big shots
Il n’est pas toujours facile de rester au top ! Entre leur travail et leur vie privée chaotique, James, Duncan, Karl et Brody, quatre brillants chefs d’entreprises, se retrouvent dans leur club de golf pour parler boulot, chercher conseils ou se laisser aller à des confidences. À leur niveau, il devient impératif de se serrer les coudes pour assurer ses arrières…

Duncan
et Lisbeth sont divorcés, mais couchent toujours ensemble. Duncan va commencer à devenir jaloux quand cette dernière va avoir un rendez-vous, ajouté à ça des problèmes avec sa fille. Sa carrière professionnelle est mise en danger par un de ses faux pas.
James apprend à la mort de son patron, que sa femme avait une affaire avec son patron.
Brody doit organiser une soirée à la requête de sa femme.
Karl et sa femme, Wendy, voient un conseiller matrimonial, mais elle n’est pas au courant que ce dernier la trompe avec Marla.

15 minutes passées, je me demandais déjà ce que je faisais là, à m’ennuyer devant le pilot de Big Shots. Sûrement, car je devais faire la review pour Critictoo. Si de loin, et avec quelques extraits, la série pouvait paraître drôle, il faut avouer que plonger dans le pilote, on se sent en terrain plus que connu. Les situations sont du vu et revu, ce qui était drôle ne l’est plus totalement dans l’épisode, et surtout, le manque de consistance vient finir le travail.

Ainsi, je ne sais trop quoi écrire sur la série. D’ailleurs, je ne peux trop dire quel est le public visé par la série. Le fait que ce soit des hommes pourrait nous dire que la cible de base serait masculine, et qu’alors, il est tout à fait normal pour moi de ne pas trop accrocher. Seulement, je pense que les sujets abordés sont des thèmes bien plus appréciés par les femmes que par les hommes. D’ailleurs, le casting se veut dans cette optique.

Encore une fois, pour moi, ce dont souffre la série, ce sont les éternels manque d’interaction entre les personnages. Chacun a sa petite histoire de son côté, et on se retrouve de temps à autre – à la Sex and The City – histoire de se raconter sa vie. Des sujets de cœur, de superficialité, dans un monde de requins. Nos CEOs, on se demande comment ils en sont arrivés là.

L’aventure Big Shots s’arrête ici pour moi, le manque de dynamisme et d’originalité rendent le pilote bien trop fade, et dans la dure jungle des séries télévisions, la sélection naturelle sévit aussi durement que dans la vie.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire