Black Mirror Saison 3 : Le futur selon Netflix

9 Nov 2016 à 11:30

Black Mirror Saison 3 sur Netflix

Après deux saisons et un épisode de noël produit par Channel 4, Black Mirror se poursuit avec sa saison 3 sur le géant de la vidéo à la demande.

En se retrouvant sur Netflix, Charlie Brooker semble avoir quelque peu modifié son approche à différents niveaux. Il est d’abord évident que le traitement se veut plus international sans pour autant perdre ses racines britanniques. Le budget bien plus conséquent est visible, bien que faisant perdre légèrement le sentiment d’oppression qui pouvait ressortir d’une série qui ne pouvait que se montrer intimiste faute de moyens larges.

Ensuite, avec quasiment autant d’épisodes venant de Channel 4 que de Netflix, un changement de tonalité est perceptible. En se retrouvant directement en ligne, Black Mirror se révèle étrangement moins sombre et oppressante. Il n’est pas étonnant dans un tel contexte que la série nous délivre quelques notes plus optimistes au sein de cette fournée d’épisodes qui confirment une tendance à être moins glauque. Ce n’est pas que cela a disparu, juste que l’effet-choc est moins important quand il est présent.

Réalité augmentée, manipulation de notre environnement et de l’individu, culture de la perfection, faux et fourches remplacées par des tweets sanglants…  Cette saison 3 de Black Mirror continue de tourner autour de notre rapport avec la technologie de manière un peu plus sage et moins révoltante qu’auparavant. Ou peut-être est-ce juste que la réalité est de plus en plus déglinguée, allez savoir.

Black Mirror Saison 3 avec Bryce Dallas Howard

Nosedive (3.01)

La dystopie au ton pastel. Scénarisé par Rashida Jones et Mike Schur (qui travaillait en parallèle sur The Good Place), Nosedive nous introduit à un univers où l’on note en continu les gens que l’on rencontre. L’histoire se concentre sur Lacie Pound qui est obsédée par satisfaire autrui et obtenir une meilleure note.

Réalisé par Joe Wright, l’épisode excelle dans la représentation d’un univers qui se veut aussi propre que factice, empruntant certains éléments esthétiques aux années 50 télévisuelles pour retranscrire cette perfection qu’essaie d’atteindre à tout prix Lacie au détriment de l’honnêteté et de l’individualité.

S’attaquant au contrôle de l’image et à la quête de la perfection qui s’est développée sur les réseaux sociaux dissimulant une réalité loin d’être lisse et idéale, Nosedive n’a cependant pas tant que cela à dire sur le sujet une fois qu’il a exposé ses premiers points et tend à se répéter, faisant une démonstration classique à travers la chute inévitable de son protagoniste principal parfaitement interprétée par Bryce Dallas Howard.

Black Mirror : Playtest, saison 3 episode 2

Playtest (3.02)

Existenz revisitée par Black Mirror nous donne à sa manière Playtest qui suit Cooper (Wyatt Russell) qui se retrouve à rejoindre une phase de test pour un jeu vidéo lorsqu’il est en manque d’argent. À l’image de Lacie, ce dernier se fabrique une expérience de vie, fuyant la réalité de son existence et, dans le cas présent, le fait qu’il doit appeler sa mère.

L’épisode lorgne plus du côté de la série B d’horreur qui explore comment l’évolution de la technologie peut manipuler notre cerveau et notre sens de la réalité (un sujet présent dans l’avant dernier épisode). L’intrigue s’affirme avant tout dans son portrait de la peur, commençant par des choses basiques (les araignées et les bullies) pour évoluer vers celle de se perdre soi-même, ce qui permet au récit de se doter d’une dimension émotionnelle plus forte et de créer un propos plus angoissant.

Le twist final possède son intérêt, mais j’avoue qu’il m’a laissé perplexe à un certain degré sur ce qu’il ajoutait vraiment au sujet (au-delà du fait que cela s’est passé en si peu de temps).

Black Mirror : Shut Up and Dance, saison 3 episode 3

Shut Up and Dance (3.03)

Continuant à s’intéresser à la manière dont la technologie est employée pour juger et condamner autrui, Shut Up and Dance se concentre sur Kenny, un adolescent qui est victime de chantage par un groupe anonyme ayant en sa possession une vidéo de lui en train de se masturber – et plus.

Mené par l’excellente performance d’Alex Lawther, cet épisode de Black Mirror cultive ses enjeux en faisant parfaitement monter la tension au fil des minutes, créant une situation de laquelle il devient plus ou moins impossible de se sortir.

Shut Up and Dance parvient également à utiliser son « twist » habilement (pour peu qu’on ne l’ait pas compris plus tôt) en l’utilisant avant tout pour le retourner contre le téléspectateur et créer un autre champ de lecture qui sert surtout à interroger sur le véritable sens de justice dans un tel contexte, où l’un des parties reste anonyme.

Black Mirror Saison 3

San Junipero (3.04)

Si même Twilight Zone avait ses épisodes avec une fin heureuse, pourquoi ne pourrait-il pas en être autant pour Black Mirror ? Charlie Brooker choisit donc de se tourner vers les effets positifs que la technologie peut avoir en délivrant une romance entre Yorkie (Mackenzie Davis), jeune femme timide, et la chaleureuse Kelly (Gugu Mbatha-Raw).

San Junipero est donc ce qui ressemble le moins à du Black Mirror qui trouve une force aussi incongrue qu’inestimable en utilisant le progrès pour mieux nous connecter à un passé qui n’est pas défini par notre rapport avec la technologie.

Black Mirror : Men Against Fire, saison 3 episode 5

Men Against Fire (3.05)

Black Mirror revient sur le sujet de la réalité augmentée en nous entrainant dans un monde dystopique militaire – pour ce qu’on aperçoit tout du moins. L’épisode joue alors de nouveau sur la manière dont la technologie peut modifier notre perception du monde, mais souffre néanmoins d’une approche qui se révèle trop codifiée sur le sujet.

Le problème de Men Against Fire est peut-être qu’il a besoin d’avoir ses personnages tout expliciter pour donner pleinement corps au génocide et aux thématiques de l’eugénisme qui tendent à laisser la sensation que l’exposition prend trop son temps, alors que la suite méritait d’être plus explorée. La conclusion est par contre bien dans l’esprit de la série, se dotant d’une dimension tragique et bouleversante.

Black Mirror : Hated in The Nation, saison 3 episode 6

Hated in The Nation (3.06)

Inspiré par la vague de série policière venant du Nord, Hated in The Nation se pose comme une sorte de croisement entre le Nordic-Noir et Fringe en choisissant de nous offrir une enquête policière où les victimes sont des personnes condamnées sur twitter, à l’aide d’un hashtag.

Profitant d’être plus long qu’à l’accoutumée, l’épisode multiplie les thématiques liées à notre moralité, circulant finalement autour des concepts qui ont alimenté cette saison 3 en les mettant en perspective dans une intrigue policière.

Les éléments s’emboitent particulièrement bien, délivrant peut-être quelque chose de légèrement classique dans son genre, mais qui fonctionne grâce à un environnement familier qui laisse l’espace nécessaire pour critiquer sans condamner toutes les parties qui sont concernées dans cette histoire.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link