Blindspot Saison 2

Quand Blindspot débuta, le créateur Martin Gero déclara avec humour qu’il y avait assez de tatouages pour tenir au moins dix saisons sans trop forcer. Après quelques épisodes on découvrait en effet que chaque tatouage pouvait avoir plusieurs niveaux de lecture, contrairement à la série.

En saison 2, on pouvait donc s’attendre en toute logique à continuer avec la formule un tatouage = une mission. Ce n’est pas le cas. En fait, Blindspot se distance légèrement de son pitch de départ pour tenter d’offrir un nouveau cadre à son histoire.

À présent, Jane (Jaimie Alexander) travaille en alternance pour le FBI et pour l’organisation Sandstorm, l’ennemie à abattre. Elle est une sorte d’agent triple. Envoyée par Sanstorm pour infiltrer le FBI, elle infiltre à présent Sandstorm pour le FBI.

Tout ceci parait compliqué, mais ça ne l’est pas. Ce qui l’est par contre, c’est de déterminer où toute cette histoire doit nous mener. Concrètement, là où la série s’amusait constamment avec des puzzles au point d’en devenir un elle-même, nous avons le droit à une histoire de terroristes avec un plan machiavélique dont la principale complexité vient du fait que personne ne fait confiance à personne. Par conséquent, tous ont des secrets qui ne seront divulgués qu’au moment le plus dramatique possible.

Les scénaristes de Blindspot ont sacrifié le côté ludique de la série au profit d’une mythologie plus traditionnelle à tous les niveaux. Les méchants de services ont un visage et chaque épisode semble forcer Jane à choisir son camp. Pour ne rien faciliter pour elle, on découvre qu’elle a un frère et qu’il est du côté de l’ennemi.

L’ensemble est certes plus explicite, mais également plus ennuyeux, se reposant principalement sur le fait que l’on devrait être investi dans le dilemme de Jane. C’est un pari qui ne paie pas énormément pour le moment, comme le fait que Weller (Sullivan Stapleton) remplace Mayfair – le départ de Marianne Jean-Baptiste a laissé un vide notable et Archie Panjabi ne le remplit aucunement.

Blindspot - Saison 1
List Price: EUR 30,08
Price: EUR 27,89
You Save: EUR 2,19
Price Disclaimer

Toute la dynamique entre les personnages a été déconstruite pour être réévaluée afin de coller à la nouvelle direction prise par l’histoire. Bien souvent, Jane semble être dans sa propre série, tout comme Reade (Rob Brown) et Tasha (Audrey Esparza) par ailleurs qui ont une intrigue plus personnelle, mais totalement disjointe du reste. Cela nous laisse Weller et Nas de la NSA (Panjabi) qui creusent leur sillon de leur côté, alors que Paterson (Ashley Johnson) tente de maintenir une cohésion qui est presque inexistante.

Concrètement, la première saison de Blindspot avait évolué au point de trouver un bon équilibre entre tous ses composants et la seconde s’efforce de tout détruire. Résultat, le seul véritable bon épisode depuis la reprise est celui qui marque le retour de l’insupportable Rich Dotcom (Ennis Esmer) et qui n’est finalement qu’une sorte de remake de Of Whose Uneasy Route, l’épisode 21 de la saison 1 avec le hacking au cœur du FBI.

Bref, quand Blindspot retourne aux sources, cela fonctionne. Tout le reste est par contre de plus en plus ennuyeux. On nous tease du danger et des révélations, mais la série brille quand ses personnages résolvent des mystères, pas quand ils les alimentent inlassablement. Cette réinvention du show a besoin d’être de nouveau réévaluée, mais cela ne risque pas de se faire avant au moins la mi-saison. Heureusement, celle-ci arrive finalement assez rapidement.