Jamie est le dernier membre de la famille Reagan à rejoindre les forces de police de New York. C’est le jour de sa remise de diplôme et, à peine la célébration est terminée que son frère, Danny, est appelé sur une affaire de kidnapping d’enfant.

Nouvelle série CBS, Blue Bloods est un drama familial croisé à une série policière. L’histoire de la famille Reagan, policier de père en fils à New York.

Henry, le grand-père est flic à la retraite. Frank, le père est chef de la police. Danny, le fils vétéran de l’Irak est détective. Joe est mort dans l’exercice de ses fonctions. Jamie était à Harvard pour devenir avocat, mais a décidé de rejoindre les forces et devient officiellement policier quand ce premier épisode commence. Il ne reste qu’Erin qui, elle, travaille pour le bureau du procureur.

Ce pilote est donc l’occasion de rencontrer tout le monde et de découvrir leurs jobs avec, au cœur, une affaire de kidnapping d’enfant.

En 42 minutes, il y a alors fort à faire, car l’univers est riche et chaque personnage doit avoir une introduction assez claire pour être bien positionné par rapport aux autres membres de la famille. Cela poussera alors à l’utilisation de certaines lignes de dialogues parfois trop didactiques qui servent à prendre des raccourcis. Ce n’est pas forcément le meilleur moyen pour crédibiliser l’environnement du show, mais de ce côté-là, il faut reconnaitre qu’il y a tout de même un bon travail de fait grâce à la réalisation et aux acteurs.

Il faut dire que le casting est plutôt prestigieux Tom Selleck, Donnie Wahlberg, Will Estes, Bridget Moynahan, et Len Cariou compose le noyau dur de la famille avec, en rapportée, Amy Carlson.

Cela dit, là où ce pilote trouve ses forces, ce sont dans les nombreuses pistes lancées pour les développements des personnages. Il y a une volonté claire de montrer que la série va quelque part et cela permet de passer outre certaines maladresses d’un pilote qui est freiné par le nombre important de protagonistes à introduire.

En fait, le point le plus faible de cet épisode d’introduction est son enquête centrale qui est bâclée et souffre de l’utilisation de raccourcis difficiles à avaler. Il est vite apparent que l’affaire en elle-même n’est qu’un outil pour générer des tensions chez les Reagan afin d’affirmer les positions politiques de chacun et certaines subtilités relationnelles de la famille. On peut donc espérer que par la suite, il y aura plus de minutie dans l’écriture de ce genre de storyline.

Au final, ce premier épisode de Blue Bloods se révèle par moment assez maladroit, mais possède tout de même beaucoup de potentiel et d’idées qui devraient lui permettre de rapidement compenser ses défauts et de gagner en complexité.