C’est l’anniversaire de Nucky, et pour l’occasion une grande fête où républicains et démocrates sont conviés a lieu. À Chicago, les ennuis rattrapent Jimmy.

Chicago. C’est là-bas que l’épisode s’ouvre et nous aurons le droit d’y aller à plusieurs reprises vu que c’est pour le moment dans cette ville que se trouve Jimmy. Il n’y coule pas des jours heureux, bien qu’il est plus en accord avec les gens qui l’entourent qu’il ne l’était à Atlantic City. La différence majeure vient avant tout de la façon dont Al Capone le traite, bien que c’est ce dernier lui-même qui incarne tout ce qui ne va pas réellement dans la façon dont on fait du business pour Jimmy. Darmody est réellement le fruit d’une période passée avec Nucky, pensant négociations, alors qu’Al se montre plus brut. La violence fait partie intégrante de sa technique pour imposer autorité et la subtilité est avant tout dans son apparence, son langage étant tout aussi direct que ses méthodes. Mais, malgré tout cela, Jimmy est bien traité – si on fait exception de la sale blague du début !

Ce n’est pas pour cela que les ennuis ne le poursuivent pas, bien qu’ils ne vont pas le frapper lui directement, mais l’amie qu’il s’est fait sur place. Quitter Atlantic City n’a donc pas mis un terme à la menace qui pèse sur lui, même s’il est plutôt évident que tout ceci permet avant tout de voir comment le business se déroule à Chicago. À côté d’Al, il faut bien dire que Jimmy peine quelque peu à prendre les devants, la personnalité de Capone participant clairement à rendre la partie à Chicago plus intéressante et attirante.

Atlantic City. C’est l’anniversaire « surprise » de Nucky Thompson, l’opportunité pour discuter finances et politique. La série nous expose donc les accords entre démocrates et républicains qui existent, faisant de Nucky la puissance qui domine, que ce soit sur son parti ou sur l’autre. Pour tout le monde, il est clair que les républicains sont ceux qui dirigent, même si c’est un démocrate à la tête, vu que c’est Nucky qui a placé ses pions. Ce qu’il veut, il l’obtient, et c’est le point final de l’épisode, avec les bouteilles que reçoit le Sénateur Edge. C’est aussi une illustration du pouvoir de Nucky, la série plongeant avec cet épisode un peu plus dans l’univers politique et corrompu de Thompson. Celui-ci doit prendre forme, et il faut reconnaître que cet épisode lui offre au moins la possibilité de devenir tangible, bien que certains aspects restent encore un peu flous quant aux méthodes et techniques que peut employer l’homme pour y parvenir. En tout cas, son autorité est ici bien mieux illustrée, permettant de montrer le leader que ce doit d’être Thompson et comment il en est en parti arrivé où il se trouve. L’univers de Nucky Thompson s’enrichit beaucoup grâce à cet aperçu.

Toujours à son bras, nous avons Lucy, continuant à s’illustrer dans un tout autre domaine. L’épisode joue la redite entre la compagne actuelle de Thompson et Margaret, si ce n’est qu’à la différence du précédent épisode, elle inverse les points de vue. C’est celui de Margaret qui prend le dessus, rêvant d’être Anastasia, mais qui devra faire face à la réalité. Ce qu’elle ne sait pas, c’est à quel point Lucy peut créer l’embarras. Elle n’est sûrement pas là pour briller dans les conversations, vu qu’elle fait tout l’inverse. Cela n’aide pas trop le personnage, si ce n’est continuer à nous affirmer qu’elle est une présence superficielle (et légèrement agaçante). Face aux politiciens, Margaret a des paroles plus réfléchies et non extrêmes, pour une conversation servant avant tout à illustrer son intelligence. Elle est clairement parfaite pour ce rôle, si ce n’est qu’elle n’est pas la jolie plante avec laquelle on s’affiche. Au moins, Margaret finira par agir, même si cela correspond à commettre un acte immoral. C’est en tout cas le premier pas vers la possibilité d’obtenir plus que ce qu’elle a, et à Atlantic City, il n’y a pas meilleure méthode pour y arriver !

Finalement, ce que cet épisode exploite le mieux, c’est d’exposer les techniques pour parvenir à ses fins, ou en tout cas ce qu’il faut pour agir dans ce monde clairement corrompu. Ainsi, si le shérif doit résoudre le meurtre qui a eu lieu dans la communauté noire (en partie pour des raisons politiques), l’intervention de leur leader Chalky White servira encore à nous montrer une autre forme de pouvoir qui est à Atlantic et qu’il incarne.

Avec cet épisode, Boardwalk Empire offre une peinture riche de la société de l’époque, cherchant clairement à montrer où chacun se place – parfois de façon un peu poussée – au sein de cet environnement corrompu et ses propres techniques pour y parvenir, avec au sommet, le clairement indétrônable Nucky Thompson.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire