Nucky fait face à de mauvais souvenirs, alors que Jimmy se lie avec un vétéran. Luciano – avec un ami – fait affaire avec les frères D’Alessio.

Avec ce nouvel épisode, Boardwalk Empire plonge avant tout dans le développement de ses personnages, ou tout simplement dans leur psychologie, plus qu’il n’offre une évolution large de son histoire. La série laisse donc ainsi quelque peu de côté la politique, la prohibition et tout ce qui l’entoure, pour fournir un épisode permettant de mieux cerner ses deux personnages principaux.

Chicago. Jimmy a un problème à sa jambe, nous permettant de plonger un peu dans son histoire personnelle, ou tout simplement dans les changements occasionnés par la guerre. Darmody a été marqué à jamais par les combats, et c’est une partie de lui qui semble ne pas vouloir trouver la paix, à la recherche de connexion avec autrui, de quelqu’un pouvant comprendre. C’est à l’évidence ce qu’il doit trouver quand il rencontre un ancien vétéran, Richard Harrow, les deux hommes n’ayant pas besoin de plus pour se lier, bien qu’il y a clairement une expérience et une évolution différente qui est ressorti de la guerre. Qu’importe, car ils se comprennent, et cela signera d’ailleurs l’arrêt de mort de celui qui a mutilé Pearl. Enfin, Richard parvient plus qu’à s’imposer, ne laissant pas indifférent, et sa présence à Chicago et dans la vie de Jimmy pourrait fournir un angle d’approche différent et une évolution nouvelle à cette partie de l’histoire.

Atlantic City. C’est aussi une exploration des dégâts laissés par le passé qui est fait avec Nucky Thompson, si ce n’est qu’on revient plus loin dans le temps, avec son père, toujours vivant, et avec lequel il entretient une relation plus que conflictuelle – pour peu qu’on veuille bien appeler cela une relation. L’histoire de Nucky offre un regard différent sur le chemin qu’il a parcouru, alors qu’il est évident qu’à ce stade, il n’est pas encore parvenu à faire la paix avec son enfance – et le comportement de son père. Au milieu, Margaret tente de trouver sa place, ne voulant pas perdre ce que Nucky lui offre, mais ne sachant pas exactement ce qu’il attend d’elle. À la différence de Lucy, elle a conscience de l’attachement de Nucky envers sa femme décédée, et surtout qu’elle n’est pas irremplaçable, sa conversation avec la voisine ne pouvant que lui affirmer ce fait. Si Lucy pensait que l’attachement de Nucky était plus fort, Margaret cherche quant à elle ce qu’elle doit faire, entrainant ainsi la création de liens différents. Nucky n’est pas l’homme ordinaire ayant une maitresse chez qui il vient se réfugier pour oublier ses problèmes, et c’est là qu’il se démarque et que les conseils de la voisine s’écroulent. Cela, c’est sans compter sur les enfants de Margaret, avec lesquels Nucky développe des liens ; ils ne sont pas forcément mis en avant, mais dans un épisode où il replonge dans un passé sordide causé par son père, le fait qu’il emmène le fils de Margaret avec lui en dit plus que n’importe quel autre geste.

Au beau milieu de ces introspections, quelques éléments d’affaires viennent s’instaurer, l’occasion de revoir Chalky White, recevant la visite de Michael Lewis, croyant qu’il a été envoyé par Nucky pour tester sa loyauté. C’est un peu les prémisses des ennuis pour Thompson, Lucky Luciano et les frères D’Alessio trouvant un terrain d’entente, qui risque de prendre forme en touchant certaines affaires de Nucky. Sans oublier Van Alden, qui tient ses premières informations sur Jimmy et Al, sur les meurtres de janvier.

« Home » se penche donc sur une évolution psychologique entrainée par les évènements passés. Entre tentative d’acceptation d’une histoire personnelle et recherche de sa place dans le présent, l’épisode met en avant des situations plus complexes pour expliquer les comportements de chacun – à la recherche d’un lieu où ils se sentent chez eux.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire