Boardwalk Empire : le prix de l’histoire (saison 4)

Boardwalk Empire - saison 4

1924. Après avoir passé un accord avec Masseria et Rothstein, Nucky poursuit ses affaires en toute discrétion et envisage d’étendre ses activités en Floride. Richard se rend chez sa sœur pour redonner un peu de sens à son existence, alors que Gillian, toujours dépendante à l’héroïne, veut récupérer son petit fils. Valentin Narcisse, caïd de Harlem, débarque à The Onyx Club suite à la perte d’un employé et entre en conflit avec Chalky.

Chaque saison de Boardwalk Empire a son lot de retombées qui modifie l’histoire des personnages de façon indélébile. La confrontation avec Gyp Rosetti a fait évoluer Nucky Thompson et ce dernier, maitrisant maintenant comment le monde mafieux fonctionne, mène une existence régie par des règles simples, mais justifiées et efficaces.

Là où la saison précédente le poussait à redéfinir les rapports qu’il entretenait avec son entourage, il possède à présent une certaine prudence ; il mise sur la discrétion et un refus de s’investir dans des problèmes qui ne le regarde pas ou très peu. De ce fait, les menaces au sein de cette saison 4 se développeront principalement en parallèle, sans que Nucky ne réalise à quel point cela pourrait avoir un impact sur lui.

Difficile de remettre vraiment en cause son style de vie, qui va évidemment lui fournir matière à de nouvelles réflexions, mais aussi à connaitre une fois encore une forme de trahison qui reste inévitable dans le monde dans lequel il évolue. Car, pour tous les personnages de Boardwalk Empire, il est majoritairement question de survie, et cela implique autant de mensonges que de vérités.

L’histoire se révèle être un piège bien tendu pour tout le monde, où le passé revient généralement hanter le présent au galop dès qu’il en a l’occasion. Ce n’est alors pas surprenant que le fantôme de Jimmy Darmody refasse surface une dernière fois, à la fois pour condamner Gillian elle-même et pour entrainer Richard Harrow vers son propre destin.

Il n’est pas pour autant question de simplement creuser la tombe de certains personnages, mais aussi du fait que la reconstruction ne peut pas vraiment se faire sur un sol instable – composée de lourds secrets, de morts douloureuses et du refus d’acceptation de soi. En se dissimulant sous le nom de George Mueller, Van Alden étouffait et trouve un salut jouissif en embrassant pleinement l’homme qu’il était et ce qu’il est donc devenu suite à ses multiples actions. Il obtient de cette façon une place intéressante à Cicero, où la famille Capone s’installe et vient perpétuer les trames familiales qui alimentent continuellement la série.

Car, dans Boardwalk Empire, le sang compte indéniablement et entraine ainsi les personnages à prendre des décisions pour protéger les leurs. Will, le fils d’Eli, servira particulièrement d’illustration aux grands thèmes de la saison. Que ce soit dans la relation avec son père ou celle avec son oncle, son futur sera façonné par le passé de sa famille et une blague qui tourne mal. Si cela a donc commencé comme une histoire adolescente un peu trop clichée, Will finira pas occuper une place importante et légitime.

Il est alors fortement question de signifier l’importance du passé pour tous ces personnages et surtout comment celui-ci les définit dans le présent, que ce soit dans les pires ou les mauvais moments. Richard et Gillian tentent de lui échapper, Nucky en a tiré des leçons et Chalky se sera peut-être bercé d’illusions trop longtemps et finira par en payer le prix, qui le ramènera finalement à ses racines.

Mais, cela ne se limite pas qu’aux figures majeures du show, mais bel et bien à l’époque même où l’histoire se déroule. Entre Narcisse, caïd de Harlem, dont le racisme vient offrir un autre regard ou les idées de J. Edgar Hoover, obnubilé par le communisme, les tensions de l’époque se montrent dès lors plus palpables ; comme le reste, elles sont le fruit d’un passé mal géré ou assumé et auront des répercussions notables pour la suite.

Comme à son habitude, Terence Winter et son équipe développent alors ses multiples storylines en finissant par créer des connexions fortes entre les personnages – d’abord, à travers les thématiques et ensuite, en reliant les récits entre eux. Cette saison se démarque aussi par sa construction narrative qui, si elle mène ses intrigues à leurs conclusions, laisse plus que jamais des portes ouvertes sur le futur pour certaines qui se poursuivront alors dans la saison 5.

Cette quatrième saison de Boardwalk Empire se montre ainsi enthousiasmante dès ces débuts et, à l’exception de quelques mises en place un peu lente, l’ensemble sera parfaitement maitrisé d’un bout à l’autre. On enchaine  ainsi les épisodes où l’humour, la tension et l’émotion s’entrechoquent pour donner vie à un récit particulièrement vibrant et fascinant.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link