Boardwalk Empire : Adieu (Eldorado – 5.08 – fin de série)

27 Oct 2014 à 11:39

Boardwalk Empire : Adieu (Eldorado - 5.08 - fin de série)

Maintenant que le deal avec Luciano est consolidé, Nucky prépare son futur et fait ses adieux à Atlantic City. De son côté, Capone doit affronter la loi, alors que de derniers comptes sont réglés à New York.

Il y a définitivement plusieurs approches possibles pour conclure une série comme Boardwalk Empire. Digne héritière de The Sopranos, elle ne pouvait clairement pas suivre la même route – personne ne se risquera certainement jamais à le faire. C’est probablement pour cette raison que Terence Winter et Howard Korder ont finalement opté pour quelque chose de plus conventionnel. En fait, on pourrait presque dire qu’ils n’ont pas pris de risques, mais cela vient principalement du fait qu’il n’y en avait plus vraiment beaucoup à prendre après Friendless Child (5.07). La surenchère n’a pas sa place dans ce show.

On nous offre alors ce qui adopte avant toute chose la forme d’un épilogue. Une page d’Histoire se ferme et c’est dans ce contexte que Nucky doit se tourner vers une vie différente. Cela dit, avec les flashbacks qui arrivent également à leur conclusion, il parait rapidement évident qu’il est surtout question de terminer l’histoire en revenant à cet instant précis où Nucky dépassa une limite qui détermina le reste de son existence. Comme il l’explique à Eli, c’est au moment où on atteint ce point que l’on prend conscience qu’il n’est pas possible de faire marche arrière.

Une décision a ainsi scellé l’avenir de Nucky et celui-ci finira par le réaliser. Néanmoins, cet épisode n’offre pas uniquement un dernier regard plein d’amertume tourné vers cet instant déterminant. En fait, il nous délivre également un bref aperçu du futur, d’un monde qui s’annonce bien différent. La scène où Nucky découvre la télévision n’apporte pas grand-chose à ce final, on pourrait dire qu’elle est même inutile à un certain degré, mais elle symbolise pleinement le fait que les États-Unis entraient dans une nouvelle ère – comme les discussions sur la fin de la prohibition et sur Roosevelt le soulignent. Nucky fait face au médium qui lui donnera finalement sa gloire. L’histoire de Nucky Johnson n’est pas la même que celle de Nucky Thompson, mais la télévision aura immortalisé le fait qu’un Nucky tenait les rennes d’Atlantic City durant les années 20.

Cela s’est pourtant terminé et les adieux sont donc de rigueur. Ceux de Narcisse ont quelque chose de réjouissant, tandis que ceux de Gillian sont chargés d’une mélancolie qui ne pend pas par surprise. Ceux d’Eli ont une touche plus formelle, mais cela est ponctué par cet inconfort qui a toujours existé entre les frères Thompson, résultat d’une histoire familiale que l’on connait à présent très bien.

Pour ce qui est des dernières scènes avec Margaret, elles sont légères et débarrassées de toute forme de ressentiment, avec une pointe d’espoir rafraichissante.

Margaret : All you did was offer. I was the one who took.

Sans prendre l’apparence d’un dernier inventaire, Eldorado s’occupe ainsi de ne rien laisser en suspens. Même Capone et la mafia de New York s’inscrivent dans cette histoire de changement historique. Néanmoins, c’est la conclusion concernant Nucky qui prime au bout du compte. C’est vers celle-ci que l’on nous emmène et, dans la pure tradition de Boardwalk Empire, c’est là que la réalisation de Tim Van Patten et le montage permettent de parfaire un moment qui se joue d’une façon étrangement prévisible. Cela n’enlève rien à la force de la dernière scène et à l’émotion accompagnant l’ultime flashback. En fait, tout se conjugue pour délivrer un sentiment d’accomplissement.

Boardwalk Empire se termine en suivant la logique qui l’a animé depuis le début. Difficile de reprocher à Terence Winter et Howard Korder d’avoir été fidèles à leur show jusqu’à la dernière seconde, même s’ils nous ont laissés, très brièvement certes, espérer une chute légèrement différente. Celle-ci n’aurait pas été en accord avec l’esprit de la série.

Il n’est pas vraiment possible d’avoir une conclusion parfaite, mais Boardwalk Empire a certainement celle qu’elle méritait d’avoir. On peut juste regretter qu’elle soit arrivée si tôt, une ou deux saisons de plus n’auraient probablement pas changé la fin, mais cela nous aurait permis d’avoir quelques heures de grande télévision en plus.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link